Coronavirus : Jérôme Cahuzac a pu se défaire de son bracelet électronique pour exercer à l’hôpital


L'ancien ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac, lors de son procès en appel pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, en 2018 (IP3 PRESS/MAXPPP)

L’ancien ministre ministre délégué au Budget, sous la présidence de François Hollande, a été condamné en 2018 à quatre ans de prison dont deux avec sursis pour fraude fiscale. La justice lui a accordé le droit de retirer son bracelet électronique pour exercer à l’hôpital durant la pandémie de Covid-19.

À circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles. Médecin de profession, l’ancien ministre Jérôme Cahuzac a été autorisé par la justice à cisailler lui-même son bracelet électronique, relate France Bleu.

Condamné en 2018 pour « fraude fiscale » et « blanchiment de fraude fiscale », il avait écopé de quatre ans de prison dont deux avec sursis. La cour d’appel de Bastia (Haute-Corse) l’avait placé sous bracelet électronique en avril 2019, pour éviter son incarcération.

Sa peine suspendue deux mois

Cette situation permettait à l’ancien ministre délégué au budget de travailler trois ou quatre matinées par semaine. Chirurgien de formation, il exerce en tant que médecin généraliste au sein du centre hospitalier de Bonifacio depuis l’automne.

Affecté à l’unité de soins long séjour, Jérôme Cahuzac vient de signer pour six mois de contrat supplémentaires. Après que la pandémie de coronavirus s’est déclarée, les hôpitaux d’Ajaccio et de Bonifacio ont été débordés par le nombre de malades du Covid-19.


À la mi-mars, l’ancien ministre condamné par la justice a été réquisitionné et autorisé à travailler toute la journée. Pour ce faire, sa peine a été suspendue pour deux mois et il a pu se défaire lui-même de son bracelet électronique, avec l’accord de la justice. Dès le déconfinement du 11 mai, une convocation est parvenue à Jérôme Cahuzac pour qu’il se présente en prison. Un nouveau bracelet électronique doit lui être posé le 20 mai.