Coronavirus : Pour obtenir de la chloroquine, il menace le personnel d’une pharmacie et lui tousse dessus


Le personnel de la pharmacie du Port de Canet-en-Roussillon a été victime d'une agression pour du Plaquénil. (photo Google)

Un homme est entré dans une pharmacie de Canet-en-Roussillon (Pyrénées-Orientales) muni d’une prescription médicale pour un traitement à la chloroquine. Problème : rares sont les officines pourvues de ce médicament. Dans l’impossibilité d’en obtenir, l’homme est devenu menaçant et la situation a dégénéré.

Depuis vendredi et la mésaventure arrivée aux employés de la pharmacie du Port de Canet-en-Roussillon, le rideau métallique de l’officine est abaissé et les médicaments sont délivrés au travers.

Un laconique message indique : « Inutile de s’en prendre aux pharmaciens, nous n’avons pas de Plaquénil en officine ! », relate L’Indépendant. Dérivé de l’hydroxychloroquine, le médicament est au centre de débats scientifiques et de convoitise pour son efficacité présumée contre le Covid-19.

Il tousse sur les employés en les filmant

Le personnel de la pharmacie a été victime d’une agression, vendredi vers 9h30, de la part d’un homme muni d’une ordonnance pour obtenir un traitement à base de chloroquine. Il était visiblement prêt à tout pour que le médicament lui soit délivré.

Cet homme, alors inconnu des quatre employés présents, est entré dans l’officine avec un smartphone en main en mode enregistrement vidéo. Alors qu’il filmait le personnel, contre sa volonté, le pharmacien lui expliquait que « la réglementation sur la délivrance de ce médicament a changé ». « Il devient alors menaçant. Il nous tousse dessus », témoigne-t-il.


Il revient à la charge et se fait interpeller

L’homme a alors donné pour injonction aux employés de dire face caméra qu’ils ne voulaient pas lui donner de Plaquénil. Un ordre auquel le pharmacien a répondu en être dépourvu, précisant qu’il y en avait à l’hôpital, selon son témoignage. L’intrus serait alors reparti et la police municipale avisée.

Un peu plus tard, l’homme est revenu à la pharmacie pour menacer les employés en leur indiquant qu’il les attendait derrière l’officine. Alertés, les gendarmes sont intervenus et ont procédé à l’interpellation du suspect.

Un dépôt de plainte

Le pharmacien a déposé plainte pour cette agression qui a « choqué tout le monde », a-t-il confié au quotidien régional. Se disant déjà stressé par cette situation « compliquée » liée à la crise du coronavirus, le professionnel a déclaré : « Nous n’avons pas besoin de psychose. On sent que les gens fragiles commencent à dégoupiller ».