Coronavirus : Un inconnu squatte son appartement de Toulouse pendant qu’il est confiné chez ses parents


Illustration Actu17 ©

Un jeune Toulousain, qui avait quitté son appartement pour rejoindre ses parents avant le confinement, s’est rendu compte que son logement était squatté… grâce à des connexions suspectes depuis son ordinateur laissé sur place.

C’est une affaire assez insolite, qui a été résolue rapidement par les policiers dès lors qu’ils ont été alertés de ce qui se tramait dans une habitation de Toulouse (Haute-Garonne).

Un étudiant toulousain confiné chez ses parents dans les Hautes-Pyrénées a constaté une activité suspecte sur son PC se trouvant dans son appartement, situé dans une résidence du quartier Rangueil à Toulouse, relate La Dépêche.

D’abord interloqué par ces connexions suspectes, le geek a vite compris que quelque chose ne tournait pas rond à son domicile abandonné pour la durée du confinement.

La police intervient et découvre un squatteur

Dimanche, le jeune homme a alerté la police toulousaine, qui a envoyé une patrouille inspecter son appartement. Les fonctionnaires de la brigade spécialisée de terrain (BST) Sud ont tout de suite constaté que le volet roulant de l’appartement situé au rez-de-chaussée avait été fracturé.


Ils ont annoncé leur entrée et entamé une progression dans le logement. Rapidement, un intrus a été repéré alors qu’il se terrait dans la salle de bain. Il s’agissait d’un squatteur, âgé de 30 ans, qui a été immédiatement interpellé et placé en garde à vue.

Il avait revendu des biens trouvés sur place

L’étudiant en villégiature dans les Hautes-Pyrénées a été recontacté par les policiers qui lui ont demandé de revenir à son domicile afin de sécuriser les lieux et faire un inventaire. C’est ainsi qu’il s’est rendu compte que des vêtements, des chaussures et du matériel multimédia avaient disparu.

Interrogé par les enquêteurs, le trentenaire a reconnu avoir vendu des biens trouvés sur place pour se faire de l’argent. Les dates de connexion depuis l’ordinateur laissé dans l’appartement ont été relevées avec intérêt. Elles ont permis aux policiers de déterminer que le squatteur y avait élu domicile depuis au moins une semaine.

Au terme de sa garde à vue, le suspect a été déféré au parquet en vue de sa comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Toulouse.