🇫🇷 Coups de feu à Beaune : 2 suspects issus de la communauté des gens du voyage et déjà connus de la justice, interpellés.

par Y.C.
Illustration.

Deux suspects ont été interpellés après des coups de feu qui ont fait sept blessés à Beaune (Côté d’Or), dans la nuit du 29 au 30 juillet.

Cette nuit là vers 2h00, une Renault Clio a foncé sur un groupe de jeunes dans le quartier de Saint-Jacques. Le conducteur et le passager sont revenus vers 04h20, à bord d’une Mercedes Class B et ont ouvert le feu avec un fusil sur ces mêmes personnes âgées de 18 à 25 ans.

Sept d’entre-eux ont été blessés dont deux sérieusement.

L’enquête a permis d’identifier deux individus appartenant à la communauté des gens du voyage et originaires de Dijon, comme étant les auteurs de ces actes. C’est par l’intermédiaire d’un gros travail de téléphonie que les enquêteurs sont parvenus à remonter jusqu’au deux suspects, Loïc et Jean-Philippe, qui avaient pris soin de changer de puce dans leur téléphone explique Le Parisien.

Se sachant recherchés, les deux hommes se sont cachés dans différents camps de leur communauté.

Les armes qui ont été utilisés par les deux auteurs présumés n’ont par ailleurs par été retrouvées pour l’heure.

Les deux suspects localisés et interpellés

Les mis en cause ont été localisés vendredi dans le département du Var et une importante opération de police s’est mise en place.

Le premier homme a été interpellé vers 16h30 par la BRI Marseille dans la commune de Saint-Andiol dans les Bouches-du-Rhône, dans un bar.

Le second, a foncé sur les policiers avec son véhicule blessant au passage un fonctionnaire de la BRI Marseille, à la jambe.

Le fuyard a ensuite abandonné son véhicule pour prendre la fuite à pied dans une forêt. Une équipe cynophile et un hélicoptère ont permis de le retrouver et de l’interpeller en fin d’après-midi.

Le mobile raciste retenu

Le parquet de Dijon, dans un communiqué a fait savoir « que les deux individus ont été placés en garde à vue pour tentative d’assassinat, violences aggravées par trois circonstances notamment la circonstance que les faits ont été commis en raison de l’appartenance à une soit-disant race, religion ou ethnie, réelle ou supposée, injures publiques à caractère racial, menaces de mort à caractère racial, et, pour le second, tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de la force publique ».

Le procureur de la République a également indiqué que les deux suspects étaient déjà bien connus de la justice, pour violences, vols, et même vols avec arme pour l’un d’entre-eux.

« Sales bougnoules, on va revenir vous calibrer »

Selon les premiers éléments de l’enquête données par le journal francilien, les deux suspects s’étaient rendus à Beaune cette nuit là dans le but de rencontrer une personne liée à un trafic de voiture. La rencontre n’a pas eu lieu, puis les deux hommes sont tombés nez à nez avec le groupe de sept jeunes, sur qui ils ouvriront le feu.

Selon des témoins, un différent verbal est à l’origine des tirs. Les victimes auraient déclaré aux deux suspects « de dégager car ils sont sur leur territoire ». « Sales bougnoules, on va revenir vous calibrer » auraient rétorqué les deux tireurs, avant de passer à l’acte.

Vendredi, peu avant ces interpellations, près de 150 personnes s’étaient rassemblées sur les lieux de la fusillade en soutien aux victimes.

Actu17.