Crash d’avion en Éthiopie : Plusieurs pays dont la France ferment leur espace aérien aux Boeing 737 Max

Un Boeing 737 Max le 16 juillet 2018. (photo wikimedia)

La décision fait suite au crash du Boeing 737 Max d’Ethiopian Airlines ce dimanche matin, alors qu’il effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi, en Éthiopie. Les 157 passagers ont été tués.


La France a annoncé qu’elle fermait son espace aérien aux avions Boeing du même type.

La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) a annoncé ce mardi vers 16h30, l’interdiction « à titre conservatoire » de « tout vol commercial effectué sur un Boeing 737 Max à destination, au départ ou survolant le territoire français », précisant qu’aucune des compagnies françaises ne dispose de ce type d’appareils.

« La France reste attentive aux éléments à venir de l’enquête, et aux décisions que pourront prendre les autorités de certification européenne ou américaine » précise le communiqué.

Plusieurs autres pays européens et asiatiques ont pris la même décision

Le Royaume-Uni, l’Irlande, l’Allemagne et trois pays d’Asie ont pris la même décision.

Un autre Boeing 737-800 Max de la compagnie Lion Air, s’était écrasé peu après son décollage en Indonésie fin octobre. 189 personnes avaient été tuées. L’enquête a montré qu’un capteur défaillant était en cause et avait provoqué une chute brutale de l’appareil, quelques minutes après son décollage de l’aéroport de Jakarta.

Les États-Unis affichent leur soutien à Boeing

De leur côté, les États-Unis, dont est originaire Boeing, continuent à afficher leur confiance à leur entreprise.

« Les avions deviennent beaucoup trop complexes à faire voler. Les pilotes ne sont plus nécessaires, mais il faut plutôt des informaticiens du MIT [la prestigieuse université de Cambridge qui forme des ingénieurs, ndlr]. Je le constate tout le temps pour de nombreux produits. On cherche toujours à avancer vers une étape inutile quand souvent le vieux et le plus simple valent mieux. Il faut prendre des décisions en une fraction de seconde mais la complexité créé le danger. Tout cela pour un coût énorme et très peu de gain. » a déclaré Donald Trump sur Twitter cet après-midi.