🇫🇷 #Défense Le chef d’état-major des Armées menace de démissionner face aux coupes budgétaires prévues.

DR

À la veille du défilé militaire du 14 juillet sur les Champs-Élysées, agacé par les économies promises par le Premier ministre dans le budget de la Défense, le chef d’état-major des armées Pierre de Villiers menace de démissionner, relate Les Échos.

Le général de Villiers en colère

Devant une cinquantaine de députés réunis mercredi matin, Pierre de Villiers a laissé éclater sa colère devant la cinquantaine de députés réunis mercredi matin pour la commission de la Défense de l’Assemblée nationale.

C’est sa façon à lui de peser de tout son poids pour demander l’annulation de 850 millions d’euros de coupes budgétaires, dès 2017, dans le budget de la Défense.

Si elles ne viseront ni les soldes, ni les effectifs des militaires, elles devraient en revanche toucher les équipements de l’Armée.

« Décaler quelques commandes »

Ce jeudi matin, Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, a expliqué sur BFM qu’il avait été demandé « à tous les ministères de faire des efforts y compris au ministère des Armées. Il y a la possibilité de décaler quelques commandes sur du gros matériel et c’est pour ça que nous avons identifié 850 millions d’euros. »

Mais le général de Villiers assure qu’il ne peut se battre sans moyens, et qu’il pourrait de nouveau mettre en balance sa démission, même à la veille du défilé militaire du 14 juillet.

Arbitrage jeudi soir

L’arbitrage doit être rendu jeudi soir par Emmanuel Macron, lors d’une cérémonie traditionnelle au ministère des Armées

http://bit.ly/2uWlVNb