Deux agents d’Enedis placés en garde à vue après une coupure sauvage d’électricité en Dordogne


Illustration. (wikimedia)

Deux agents d’Enedis ont été interpellés et placés en garde à vue ce mercredi matin à la gendarmerie de Neuvic (Dordogne) dans le cadre d’une enquête pour « mise en danger de la vie d’autrui ».


Une enquête avait été ouverte après la coupure sauvage d’électricité le 10 janvier dernier à l’entreprise Interspray de Neuvic. Deux agents d’Enedis ont été interpellés à leur domicile et placés en garde à vue ce mercredi matin a annoncé le parquet de Périgueux. L’un des suspects est un adhérent de la CGT précise France Bleu.

Le jour des faits, la coupure de courant avait duré durant trois heures, provoquant l’arrêt de la ventilation dans l’entreprise de cosmétiques classée Seveso, qui utilise par ailleurs des produits chimiques.

L’entreprise avait déposé plainte. Une cinquantaine de personnes, militants de la CGT et Gilets jaunes, se sont rassemblés en fin de matinée devant la gendarmerie où sont entendus les deux mis en cause.