Deux-Sèvres : Une femme de 84 ans retrouvée morte étouffée, enroulée dans une nappe à son domicile


Des riverains de la rue de la Grange à Bressuire ont fait une macabre découverte dans cette maison, dimanche. (photo Google)

Les gendarmes de la Brigade de recherches de Bressuire (Deux-Sèvres) sont en charge d’une enquête criminelle, après l’homicide d’une octogénaire. Son corps a été retrouvé chez elle, dans une mise en scène macabre.

Des riverains de la rue de la Grange, à Bressuire, s’inquiétaient de ne plus avoir de nouvelles depuis vendredi de leur voisine et amie. Dimanche vers 18 heures, ils se sont rendus chez elle, au numéro 40 de cette rue, munis de la clé de son domicile. Ils ont alors découvert l’inimaginable.

L’habitante, une femme de 84 ans, était décédée. Son corps avait été placé au sol sous la table du salon, enroulé dans une nappe cirée et une couverture, rapporte La Nouvelle République. Au départ ouverte pour « recherche des causes de la mort » l’enquête a été requalifiée en « homicide » dans la soirée. Compte-tenu des faits, la Brigade de recherches locale devrait être dessaisie au profit la Section de recherches (SR) de Poitiers.

Les gendarmes et les techniciens de l’Identification criminelle ont procédé à une perquisition et aux relevés de traces et indices sur place, jusqu’à lundi midi. La maison a été ensuite placée sous scellés.

Les circonstances de ce meurtre demeurent troubles

Pour les enquêteurs qui ont effectué les premières constatations, le meurtre ne serait pas consécutif à un cambriolage. Toutefois, l’enquête vient de débuter et aucune piste n’est écartée. D’ailleurs, un carreau de la porte-fenêtre du salon donnant sur l’extérieur a été retrouvé cassé, évoquant une possible intrusion par effraction.


Le corps de la défunte a été autopsié mardi à l’Institut médico-légal (IML). L’examen a révélé une mort par asphyxie.

Les gendarmes ont longuement auditionné les requérants, un couple et leur fille. La nouvelle de ce drame s’est rapidement répandue dans cette petite commune et a suscité l’émoi.

L’octogénaire vivait seule dans sa maison depuis l’hiver dernier, lorsque son époux a rejoint une maison de retraite à Faye-l’Abbesse, non loin de Bressuire. Elle souffrait d’un début de maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés, selon une source proche du dossier qui s’est confiée au quotidien régional.