🇫🇷 Disparition de Maëlys : «l’odorologie», cette technique d’identification qui a permis de confondre le suspect.

   par C. Laudercq et R. Lefras.
Illustration.

Une technique récente d’identification a permis de confondre le suspect, qui avait pourtant lavé sa voiture quelques heures après la disparition de Maëlys, cette petite fille de 9 ans, qui n’a toujours pas été retrouvée. Cette dernière assistait avec ses parents à une soirée de mariage, dans l’Isère, samedi 26 août.

● Les premiers prélèvements ADN dans la voiture du suspect, mis en examen et écroué ce dimanche, n’avaient rien révélé. L’homme avait été remis en liberté vendredi, après avoir été placé en garde à vue ce jeudi.

« L’odorologie » a permis d’aller plus loin dans la recherche des traces et indices, alors que l’enquête semblait au point mort.

Cette technique d’identification, utilisée depuis 2003 en France, permet de faire ressortir et identifier les odeurs détectables, d’une victime, ou d’un auteur.

● C’est l’institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) qui a mené cette seconde identification, qui a porté ses fruits. Les gendarmes ont dans un premier temps, récupéré des odeurs détectées dans le véhicule du suspect, puis les ont transféré sur un tissu spécial qui absorbe les odeurs.

● Le ou les odeurs ont ensuite été transférées sur un autre tissu, placé dans un bocal au milieu d’autres. Ce sont des chiens spécialement entraînés qui sont chargés d’effectuer la correspondance, comme le relate BFMTV.

● Le CNRS précisait en février 2016, que « l’odorologie » a été utilisée dans 522 cas à la sous-direction de la police technique et scientifique (SDPTS) d’Ecully, permettant de résoudre 162 affaires judiciaires.

L’appel à témoins de la gendarmerie nationale.

Actu17.