🇫🇷 Doubs : Des tortures infligées à un jeune homme soupçonné de «gestes déplacés» sur une fillette.

par Y.C.
Illustration Actu17 ©

Le jeune homme a été déshabillé, frappé, brûlé et abandonné attaché à un tronc d’arbre.

Vendredi vers 22 heures, des habitants de Grand-Charmont ont alerté les gendarmes après avoir découvert un jeune homme de 18 ans, hagard et errant à moitié nu dans la rue.

Déjà connu de la justice, il reste mutique sur son agression

Les gendarmes ont tenté de déterminer ce qui était arrivé à l’intéressé mais ce dernier a tenté d’éluder la question. Le jeune homme a expliqué qu’il était venu de Montbéliard pour rencontrer une fille dont il avait oublié le nom. Le jeune homme étant défavorablement connu de la justice pour violences et séquestration, les gendarmes ont d’abord pensé à un règlement de compte.

Un guet-apens tendu par quatre personnes

Au final, les gendarmes sont parvenus à connaître le réel motif de son agression. Un couple – un homme de 38 ans, défavorablement connu de la justice et sa compagne de 25 ans – avait convié le jeune homme à participer à un barbecue au pied d’un immeuble d’un quartier sensible de la commune. Il s’agissait en fait d’un piège car le couple soupçonnait l’intéressé avoir eu des « gestes déplacés » sur leur fillette de 6 ans. Sur place, se trouvaient également le frère de la femme, âgé de 18 ans et un autre mineur. Tout le groupe s’est rendu dans un bois à proximité pour ramasser de quoi alimenter le barbecue…

Des actes de torture

Une fois éloigné d’éventuels témoins, le groupe s’en est pris au jeune homme de 18 ans. Il a été dénudé et battu avec des bâtons, frappé aux parties génitales, attaché à un arbre avec un câble d’antenne, brûlé avec des cigarettes et aspergé de vodka. Le groupe a ensuite abandonné la victime.

Il dénonce finalement ses agresseurs

Devant les gendarmes, le jeune homme a finalement donné le nom de ses agresseurs. Les quatre personnes ont été interpellées samedi après-midi. Le groupe a été placé en garde à vue pour « enlèvement, séquestration et violences en réunion ». Les trois hommes ont avoué les faits, justifiant leur agression par les gestes pédophiles de leur victime, qui s’est vue délivrer 21 jours d’incapacité totale de travail (ITT). Une comparution immédiate devrait avoir lieu pour les agresseurs, rapporte L’Est Républicain. L’enquête se poursuit pour déterminer les responsabilités de chacun.

Actu17.