Doubs : Un banquier mis en examen, soupçonné d’avoir détourné 500 000 € auprès de clients âgés ou vulnérables


Illustration. (Shutterstock / Tero Vesalainen)

Un employé de banque spécialisé dans le conseil patrimonial est soupçonné par la justice d’avoir détourné frauduleusement l’argent de plusieurs de ses clients. Il a reconnu une partie des faits.


Le banquier malhonnête a agi discrètement, durant plusieurs années, et il est arrivé à détourner une somme qui pourrait dépasser les 500 000 euros. Des fonds qui appartenaient à certains de ses clients, rapporte L’Est Républicain.

Employé en tant que conseiller patrimonial par une banque située dans le Doubs, un sexagénaire a été mis en examen, fin mai à Besançon, pour « escroquerie aggravée, abus de confiance, abus de faiblesse », ainsi que « faux et usage de faux ».

Les gendarmes de la Brigade de recherches de Montbéliard ont allié leurs efforts d’enquête avec le Groupe d’intervention régional (GIR), pour mettre un terme à ce détournement d’argent d’ampleur et confondre le suspect.

Il profitait de l’état de faiblesse de certains clients

Fort d’un portefeuille de 533 clients, le conseiller patrimonial ciblait les personnes âgées ou vulnérables. Cela a notamment été le cas pour une cliente, âgée et sans enfant, dont il aurait profité de 2008 jusqu’à son décès en 2015.


« Cette dame lui a fait totalement confiance et lui remettait des chèques qu’il remplissait lui-même, jusqu’à imiter sa signature », a indiqué Margaret Parietti, vice-procureure de la République de Besançon, ajoutant que « des virements frauduleux ont également été constatés ».

L’homme utilisait même des comptes bancaires de ses proches pour y faire transiter l’argent détourné, et ainsi dissimuler son stratagème à tiroirs, relate le quotidien régional.

Son manège, qui a duré des années, a été mis au jour suite au testament de sa victime, qui désignait comme héritières des petites-cousines à elle. Ces dernières ont remarqué des mouvements suspects sur le compte et des irrégularités. Le doute s’est finalement confirmé après un dépôt de plainte en 2016.

Il « régularisait l’erreur » lorsque les clients avaient un doute

Le banquier malhonnête a toutefois poursuivi ses détournements auprès d’autres clients, dont un couple et trois autres personnes âgées. Entre autres fraudes, il empochait certains dépôts d’espèces, comptant sur les faits que ses clients ne se rendent compte de rien. Lorsqu’il se faisait prendre, il « régularisait » la situation et parvenait à faire passer cela pour une erreur.

« On a par exemple le cas d’une femme déposant 7 000 € à quatre reprises, sans que son compte ne soit crédité. Quand elle l’a remarqué, le mis en cause a procédé à la régularisation en utilisant l’argent d’un autre compte pour éviter toute réclamation », décrit la magistrate. « L’information judiciaire en cours se chargera d’établir le nombre exact de victimes et le montant du préjudice », a-t-elle précisé.

Licencié par la banque et placé sous contrôle judiciaire par le juge

L’employeur du conseiller malhonnête, une banque du Doubs, a également déposé plainte en 2018, et l’a licencié pour faute grave. Le sexagénaire a reconnu les faits uniquement en partie, « mais n’a pas donné d’explications réelles sur le motif de ses agissements » a indiqué le parquet.

Une perquisition a été menée à son domicile et les enquêteurs y ont découvert une  quantité significative de matériel divers, de son et d’outillage notamment. Le stock s’étendait sur 90 m² du sol au plafond et a été estimé à 40 000 euros. L’ex-banquier a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, en attendant son procès.