Ehpad d’Arcueil : Prison ferme pour l’aide-soignant qui a violemment maltraité une patiente de 98 ans


Illustration. (pixabay)

Un aide-soignant de 57 ans était jugé ce vendredi par le tribunal correctionnel de Créteil (Val-de-Marne) pour avoir exercé des violences sur une patiente de 98 ans, entre le 5 et le 7 février dernier, à l’Ehpad d’Arcueil.


Albert C. a été condamné à cinq ans de prison ferme pour « violences sur personne vulnérable ayant entraîné plus de 8 jours d’incapacité totale de travail ». Il a été de nouveau été écroué alors qu’il se trouvait en détention provisoire.

Les faits remontent au début du mois de février. La famille de la victime avait décidé d’installer une caméra clandestinement dans la chambre de leur mère, ayant des soupçons de maltraitance et ce malgré que les ecchymoses sont courantes chez les personnes souffrant d’Alzheimer.

« Tu me fais chier espèce de vieille salope »

Les images ont montré que la situation était pire qu’ils ne l’avaient imaginée. Dans cette vidéo, on aperçoit la patiente de 98 ans au sol, alors qu’elle vient de tomber de son lit.

On l’entend alors crier « à l’aide » pendant près d’une heure, avant que l’aide-soignant n’arrive. « Ferme ta gueule » déclare-t-il en la tirant violemment par les jambes et en lui donnant des coups de pieds. « Tu me fais chier espèce de vieille salope » dit ensuite l’aide-soignant. La vieille femme, en incapacité de se défendre supplie cet homme : « Pitié pour moi ».

Le 8 février au matin, les équipes de l’Ehpad retrouveront la victime avec une « fracture du fémur spontanée », comme ils l’ont indiqué à ses enfants. Cette dernière se verra prescrire 90 jours d’ITT. Elle pourrait ne jamais pouvoir remarcher un jour.

Une plainte a ensuite été déposée par la famille et l’Ehpad a décidé de mettre à pied l’aide-soignant, soupçonné d’être l’auteur de ces violences. L’homme sera placé en garde à vue le 13 février, où il niera, avant de reconnaitre les faits devant les vidéos l’accablant.

« Le comportement de ce monsieur est au sommet de ce qu’il y a de pire »

Face au tribunal, Albert C. a expliqué qu’il avait « pété un plombs ». Son avocate a déclaré que son client cumulait deux emplois pour pouvoir rembourser ses crédits et payer les études de sa fille de 19 ans.

« Le comportement de ce monsieur est au sommet de ce qu’il y a de pire » a déclaré le procureur de la République dans son réquisitoire, avant de réclamer « 5 ans d’emprisonnement dont un an assorti du sursis ». « Je vous demande en peine complémentaire l’interdiction d’exercer définitivement son métier ainsi que son maintien en détention » a-t-il ajouté.

Condamné à la peine maximale

« Au regard des faits, de leur répétition, de leur ampleur et de la vulnérabilité de la victime », le tribunal a condamné le prévenu à la peine maximale prévue par la loi. L’homme a écopé d’une peine de 5 ans d’emprisonnement et d’une amende de 75.000 euros.

Il a par ailleurs reçu l’interdiction d’exercer la profession d’aide-soignant et l’interdiction de séjour dans la ville d’Arcueil durant 3 ans.

« Justice a été rendue », a réagi l’une des filles de la nonagénaire. « Raconter ce qu’il y a sur les vidéos, c’est quelque chose. Mais personne n’a pu les voir à part nous. Et je peux vous dire que c’était très très violent » a-t-elle ajouté.