Elle subit deux mastectomies et une chimiothérapie puis apprend qu’elle n’avait en fait pas de cancer


Sarah Boyle a subi un lourd traitement contre un cancer qu'elle n'avait en fait pas.

Sarah Boyle, 28 ans, a subi une double mastectomie et des traitements de chimiothérapie dans l’hôpital anglais où elle était suivie. Mais quelques mois plus tard, elle a été informée qu’elle n’avait en fait aucun cancer.

A la fin de l’année 2016, Sarah Boyle, a appris qu’elle avait un cancer du sein métastatique triple négatif de la part de l’hôpital Royal Stroke University. Elle a ensuite reçu des traitements de chimiothérapie et a subi une ablation de ses deux seins.

Mais la situation a totalement basculé en juillet 2017. La jeune femme mère de deux enfants a appris qu’elle n’avait en fait jamais été malade du cancer. Sarah Boyle a aussi été informée que ses implants mammaires représentaient désormais un risque de développement du cancer.

« Subir des traitements et des opérations pour après qu’on vous explique que ce n’était pas nécessaire, c’est traumatisant »

« Ces dernières années ont été incroyablement difficiles pour moi et ma famille », a déclaré la jeune femme qui habite à Stoke-on-Trent en Angleterre, au journal The Independent. « Apprendre que l’on a un cancer est affreux, mais subir des traitements et des opérations pour après qu’on vous explique que ce n’était pas nécessaire, c’est traumatisant », a-t-elle ajouté, évoquant également des séquelles psychologiques.

Malgré qu’elle a été prévenue que ses traitements contre le cancer pouvaient conduire à une perte de la fertilité, Sarah Boyle a eu un deuxième enfant. Mais sa double mastectomie l’a cependant empêchée de l’allaiter.

Les excuses de NHS Trust

« Il s’agit d’un cas particulièrement choquant dans lequel une jeune mère a dû faire face à des nouvelles dévastatrices et à une période de traitements intensifs pour, au bout du compte, apprendre que c’était inutile », a dénoncé l’une des avocates de la victime, Sarah Sharples.

De son côté, NHS Trust, l’organisation nationale du service de santé en Angleterre, s’est excusée : « Une erreur de diagnostic comme celui-ci est exceptionnellement rare et nous sommes conscients des impacts dévastateurs que cela a pu avoir pour Sarah et sa famille », a déclaré un porte-parole de l’établissement, qui a fait part dans le même temps d’une erreur de diagnostic « humaine ».

Une enquête judiciaire est actuellement en cours afin de déterminer les responsabilités de chacun.