🇫🇷 En cavale depuis 2011, David Gras, l’un des criminels les plus recherchés s’est rendu à la justice à Douai.

par Y.C.

David Gras était l’un des malfaiteurs les plus recherchés d’Europe. Il s’est constitué prisonnier à la Cour d’assises de Douai, où avait eu lieu son procès en 2016, ce jeudi.

Il était l’un des 10 fugitifs les plus recherchés de France. Condamné à 25 ans de réclusion criminelle pour l’attaque d’un fourgon à Orly, « David Gras s’est présenté au greffe de la cour d’assises du Nord jeudi dans la matinée pour se constituer prisonnier » a indiqué une source judiciaire relayée par de plusieurs journaux français.

Cet ancien skinhead âgé aujourd’hui de 48 ans s’est rendu accompagné d’un avocat au greffe de la cour d’assises de Douai. Il a été écroué à la prison de Douai.

Le 8 juillet 2016, il avait été condamné en son absence par la cour d’assises du Nord à 25 ans de réclusion criminelle à l’issue d’un procès fleuve de plus d’un mois dans lequel dix-neuf personnes avaient été jugées. Parmi elles, Serge Veron, le cerveau présumé du commando, condamné à 18 ans de réclusion criminelle.

D’autres accusés avaient été acquittés de toute participation aux vols avec arme qui leur étaient reprochés, mais déclarés coupables du délit d’association de malfaiteurs, et condamnés à des peines situées entre 8 et 13 ans d’emprisonnement.

Deux attaques à l’explosif en 2011

En septembre 2011, des assaillants avaient attaqué très tôt le matin à l’explosif la société de transport de fonds Témis à Orly (Val-de-Marne) et avaient pris la fuite avec un butin de plus de 8,2 millions d’euros. Lors de ce braquage, un convoyeur de fond avait été tué et un passant avait été pris en otage brièvement. Les braqueurs avaient ouvert le feu sur la police pour couvrir leur fuite.

Le second braquage à l’explosif concerné par ce jugement visait un dépôt de fonds de la société Loomis par cinq hommes à Villers Semeuse dans les Ardennes, le 16 juin 2011, pour un butin de 1,5 million d’euros écrit Le Figaro.

Plusieurs autres tentatives

Les accusés étaient également jugés pour des tentatives manquées, notamment à Beaumont (Puy-de-Dôme), où les malfaiteurs ont tenté d’attaquer le centre-fort de la Brink’s, mais aussi pour des faits de « recel de véhicules provenant de vols commis en bande organisée avec armes » à Roubaix (Nord) et à Eragny (Val-d’Oise).

Actu17.