Essonne : Patrice Quarteron placé en garde à vue pour la seconde fois en 24h


Patrice Quarteron est retourné en garde à vue ce vendredi. (capture écran vidéo Facebook)

Placé brièvement en garde à vue ce jeudi au commissariat d’Évry (Essonne), l’ex-boxeur Patrice Quarteron a fait l’objet de la même mesure ce vendredi, cette fois pour outrages.

Il s’est filmé en direct sur Facebook dans le commissariat d’Évry hier avant d’être placé en garde à vue durant quelques heures. Patrice Quarteron a exprimé sa colère une nouvelle fois dans plusieurs vidéos sur le réseau social, dans la soirée. L’ancien champion du monde de muay-thaï estime que l’enquête sur les coups de feu tirés sur son domicile de la Grande Borne en janvier dernier n’avance pas.

A plusieurs reprises, il s’en est directement pris au commissaire d’Évry-Courcouronnes, Thierry Mathé. « Commissaire menteur qui a voulu porter plainte pour menace de mort. Je ne vais pas te lâcher. Tu vas te souvenir de moi toute ta vie. Je sais que tu te fous de mes histoires et que tu es plus tranquille avec tes voleurs de bonbon. Mais sache que tu vas me respecter. Pense à mettre ton masque, c’est la loi », a-t-il écrit sur Facebook peu avant 22 heures, en ajoutant une capture écran de sa vidéo en direct.

L’ancien champion du monde de muay-thaï a été de nouveau placé en garde à vue ce vendredi matin vers 11h30, cette fois au commissariat de Massy, pour « outrages sur personne dépositaire de l’autorité publique » indique Le Parisien. L’information a été confirmée par le parquet.

« La guerre est déclarée. Mon affaire, tu vas t’en occuper »

Quelques heures plus tôt vers 07h30, Patrice Quarteron avait annoncé dans un énième Facebook live, qu’il se rendait au commissariat à 09h30.


Il a ensuite diffusé six autres vidéos et un message à l’attention de ce même commissaire de police : « Le commissaire Mathé Thierry veut me faire mettre en garde à vue pour l’avoir soi-disant outragé dans mes vidéos, je ne vais pas lâcher. Tout ça pour m’empêcher de porter plainte pour les faits d’hier, je ne lâcherai pas, vous allez travailler », répète-t-il. « La guerre est déclarée. Mon affaire, tu vas t’en occuper », insiste aussi l’ex-boxeur, face à son téléphone.

Dans la nuit du 20 au 21 juin dernier peu avant 1 heure, Patrice Quarteron avait fait appel à la police suite à des détonations devant son domicile. Déjà cette nuit-là, il s’était exprimé en direct dans un Facebook live alors qu’il appelait le commissariat, tout en mettant en cause l’enquête concernant les précédents tirs en janvier : « On a tiré à plusieurs reprises chez moi, et il n’y a jamais rien eu ! ».