🇺🇸 États-Unis : Après 40 ans de traque, fin de cavale pour le tueur en série auteur de 12 meurtres, 45 viols, 120 cambriolages.

par Y.C.

La traque aura duré plus de quarante ans mais le FBI vient d’arrêter le tueur en série connu sous le nom de Golden State Killer.

Mercredi, Joseph James DeAngelo, 72 ans, qui avait été policier dans l’Etat de Californie et renvoyé pour un vol à l’étalage,  a été arrêté à son domicile de Sacramento, ville où ont été commis la plupart des forfaits.

Ce sont de nouvelles analyses ADN qui ont permis d’identifier DeAngelo comme étant celui que le FBI recherche depuis plus de 40 ans pour meurtres, viols et cambriolages.

Le tueur du Golden State

Entre 1972 et 1986, le tueur en série connu sous plusieurs noms, Golden State Killer, Est Area Rapist, Original Night Stalker a commis 12 homicides, 45 viols et plus d’une centaine de cambriolages.

Si la plupart de ses crimes ont été commis à Sacramento, d’autres l’ont été dans la baie de San Francisco et le long de la côte californienne.

Soupçonné d’autres crimes

L’intéressé est aussi soupçonné d’avoir assassiné avec un rondin de bois, le 13 mars 1980, Charlène et Lyman Smith. Charlène Smith a été violée avant d’être assassinée, elle devait devenir juge.

Les procureurs ont également accusé DeAngelo d’avoir tué Keith et Patrice Harrington dans leur maison de Dana Point en août 1980; d’avoir assassiné et violé Manuela Witthuhn à Irvine en février 1981; et du meurtre et du viol de Janelle Cruz en mai 1986 à Irvine.

Autour de Sacramento mais aussi San Francisco

Selon les autorités, le tueur aurait accompli la plupart de ces forfaits aux alentours de Sacramento jusqu’en 1978 puis se serait déplacé vers la baie de San Francisco pour poursuivre son périple meurtrier.

Les policiers ont tenté de reconstituer le parcours criminel de DeAngelo. Il aurait commis neuf agressions sexuelles à Sacramento, six à Rancho Cordova, et Citrus Heights, quatre à Carmichael, trois à Davis, deux à Orangevale et une à Antelope.

« Et je disparaîtrais dans la nuit »

C’est le livre de l’écrivaine américaine Michelle McNamara qui aurait relancé l’enquête même si le Shériff Scott Jone a déclaré qu’il n’y avait pas eu d’impact.

Son ouvrage, « Et je disparaîtrais dans la nuit », avait suscité « un flot d’informations » aux autorités comme le reconnait Scott Jone rapporte The Sacramento Bee.

Actu17.