États-Unis : Une fusillade fait 14 blessés lors de funérailles à Chicago, un suspect interpellé


Illustration. (Shutterstock / Scott Cornell)

Des personnes qui assistaient à des funérailles à Chicago dans l’Illinois (États-Unis) ont été ciblées par des tirs, ce mardi. Certains des participants à la cérémonie ont riposté.

Une fusillade qui a fait quatorze blessés a éclaté ce mardi dans le quartier de Gresham à Chicago, vers 18h30 heure locale (mercredi à 1h30, heure de Paris), rapporte le Chicago Tribune. Un individu à bord d’une Chevrolet noire « a commencé à tirer sur les participants à des funérailles », qui ont à leur tour « échangé des tirs avec le véhicule », a indiqué à la presse Eric Carter, premier commissaire adjoint de la police de Chicago. Une caméra de vidéosurveillance a filmé la panique suscitée par cet échange de tirs.


La voiture a ensuite bifurqué sur Carpenter Street, tandis que les personnes présentes aux funérailles continuaient de tirer sur les assaillants. Le véhicule a alors eu un accident et ses occupants se sont échappés.

De nombreux blessés graves

Les quatorze victimes, toutes majeures, ont été prises en charge par les secours et transportées dans cinq hôpitaux du secteur, a précisé le cadre du Chicago police department (CPD). La plupart d’entre elles étaient blessées grièvement, certaines dans un état critique, a indiqué le porte-parole des pompiers de Chicago, Larry Langford.

Une enquête a été ouverte et un suspect a été interpellé. D’après les premières constations effectuées sur place, 60 douilles ont été retrouvées sur le sol. Le nombre de tireurs n’a pas encore été déterminé.

Selon la police, au moins quatre victimes sont des femmes et une d’entre elles a reçu une balle dans la poitrine. Parmi les autres blessés, un homme de 40 ans a été touché à la poitrine, à un bras et un avant-bras.

Les autorités ont souligné le fait que cette fusillade s’est produite sur le lieu, ou près du lieu, où s’est tenue une cérémonie funéraire pour un homme abattu la semaine dernière dans le quartier d’Englewood.

« Alors que les familles étaient en deuil à des funérailles à Auburn Gresham, des lâches ont ouvert le feu, blessant 14 personnes lors d’une horrible fusillade de masse », a déclaré dans un tweet, mardi soir, la maire Lori Lightfoot.

Cette fusillade, considérée comme l’une des pires commises à Chicago ces dernières années, intervient dans un contexte politique tendu avec la Maison blanche. Le président américain Donald Trump menace, en effet, d’envoyer des agents fédéraux dans certaines villes gouvernées par des démocrates, face à une flambée de la criminalité.

Celui-ci a jugé la situation à Chicago « pire qu’en Afghanistan », pays ravagé par des décennies de guerre. « On ne va pas laisser tomber New York, Chicago, Philadelphie, Detroit et Baltimore », a-t-il déclaré, en accusant les élus de ces grandes villes d’être de « gauche radicale ».

En réaction à cette annonce du président Donald Trump, les maires démocrates de Portland, Seattle, Chicago, Atlanta et la capitale fédérale Washington ont envoyé une lettre au ministre de la Justice pour s’opposer au « déploiement unilatéral » de forces fédérales dans leurs villes.

L’année dernière, une fusillade avait fait treize blessés dont quatre dans un état critique, dans le quartier d’Englewood à Chicago.

Selon les chiffres de la police cités par le New York Times, 492 meurtres ont été commis l’an passé dans la ville, contre 567 en 2018 et 658 en 2017. Depuis le 1er janvier, 336 personnes ont été tuées selon un décompte arrêté au 2 juillet. Étant donné que les meurtres sont plus nombreux durant la période d’été, les autorités craignent que le total cette année dépasse le triste record de 778 morts recensés en 2016.