🇺🇸 #ÉtatsUnis Arrêté à Miami, un breton soupçonné de trafic de drogue sur le darknet risque la prison à vie.

Illustration. (DR)

L’homme a été arrêté fin août à Miami (Floride) alors qu’il arrivait de France. La police fédérale américaine a mené une longue enquête et a infiltré le darknet pour parvenir a coincer le français qui réside dans les Côtes-d’Armor.

● Les enquêteurs américains enquêtaient depuis plusieurs semaines sur ce français de 38 ans, soupçonné d’être un « baron » de la drogue sur le darknet. L’homme a été placé en détention.

● Le suspect habitant à Plusquellec dans les Côtes-d’Armor se rendait dans le Texas, à Houston, pour le concours de la plus grande barbe du monde. Alors qu’il faisait escale à Miami, les policier l’ont arrêté. L’homme agissait sur le darknet avec un mode opératoire très spécifique.

De la monnaie virtuelle échangée en argent réel

● Le breton dealait en effet sur le darknet des drogues dures telles que la cocaïne ou l’ecstasy relate Ouest-France, puis touchait l’argent de ses ventes via une monnaie virtuelle, nommée le « bitcoin ».

● L’homme qui se faisait appeler « OxyMonster » donnait également des conseils sur internet sur la façon de trafiquer, tout en gardant l’anonymat. C’est sur le site « localbitcoins » qui permet d’échanger la monnaie virtuelle en argent réel que les enquêteurs américains sont parvenus à identifier le français.

Les comptes Twitter et Instagram du suspect découverts

● Une fois l’identité du breton découverte, les enquêteurs se sont penchés sur les réseaux sociaux et notamment sur ses comptes Twitter et Instagram, comme le révèle tout le dossier d’enquête mis en ligne. Les policiers sont alors parvenus à en savoir encore plus sur le suspect. Sa façon de parler sur les réseaux sociaux était notamment la même que sur le darknet.

Le français risque la prison à vie

● Sur son ordinateur saisi à Miami lors de son arrestation, les enquêteurs ont découvert l’équivalent de 500.000$ en bitcoins, le navigateur Tor était également installé sur sa machine.

● Placé en détention, l’homme n’a pas contesté son identité et n’a pas fait appel. Selon le Miami Herald, le français risque la prison à vie.

Actu17.