Eure-et-Loir : Des passants découvrent un cadavre découpé en deux près d’une rivière


Illustration. (Photo PQR/L'Est Républicain/Maxppp)

Le corps a été « découpé post mortem, peut-être à l’aide d’une scie », a indiqué le procureur de la République de Chartres.

Les gendarmes d’Eure-et-Loir et de la section de recherches d’Orléans enquêtent conjointement sur une nouvelle affaire après une découverte macabre faite par des passants, mercredi.

Un automobiliste découvre une partie du cadavre

Le premier signalement est parvenu aux autorités dans l’après-midi. Un automobiliste, qui circulait sur la route D30 sur la commune des Autels-Villevillon, a remarqué la présence d’une masse sombre en bordure de la chaussée, près de la rivière La Sonnette. En s’arrêtant, il a eu la désagréable surprise de constater qu’il s’agissait d’un morceau de cadavre humain.

« Il s’agit de la moitié d’un corps humain. On n’a retrouvé, dans un premier temps, que le tronc et les jambes », a indiqué le procureur de la République Rémi Coutin, à L’Echo Républicain.

La moitié haute du corps retrouvée un peu plus tard

« Vers 18 heures, d’autres témoins ont contacté les forces de l’ordre après avoir découvert, à 300 mètres du premier endroit, les restes d’un corps, à savoir une tête et des membres supérieurs », a ajouté le magistrat.


Les gendarmes de la compagnie de Nogent-le-Rotrou, la substitut du procureur de permanence et un médecin légiste d’Alençon (Orne) se sont rendus sur place. Selon le procureur, « Le corps, habillé, gisait sur la chaussée depuis peu de temps. Le médecin légiste a remarqué plusieurs blessures sur le torse. Il pourrait s’agir d’une arme blanche de type couteau ».

Un père de deux enfants

La victime aurait été découpée « peut-être avec une scie », après sa mort. L’homme a été identifié, il s’agit Samuel Franchet, un couvreur âgé de 38 ans. Ce père de deux enfants était séparé de sa compagne depuis trois ans. Il était domicilié aux Autels-Villevillon, un village de 160 âmes, à quelques centaines de mètres des lieux de découverte.

Le trentenaire vivait en situation de précarité. Une perquisition a été menée à son domicile dans lequel aucune trace de sang n’a été relevée par les techniciens de l’identification criminelle. Une dizaine d’enquêteurs travaillent sur ce dossier ouvert pour « meurtre » et « atteinte à l’intégrité du cadavre ». L’autopsie du corps est prévue pour ce vendredi.

Trois meurtres depuis le début de l’année dans le département

Il s’agit du troisième homicide en Eure-et-Loir depuis le début de l’année. C’est dans ce département que récemment un dentiste a été retrouvé mort enroulé et ligoté dans une bâche, à son domicile de Coulombs.