🇫🇷 #EureEtLoir 2 hommes découverts morts à leur domicile. Les causes du décès restent mystérieuses.

Illustration Actu17 ©

C’est une voisine qui a remarqué l’immobilité prolongée de l’un de ses voisins, assis sur une chaise devant une table sur laquelle se trouvait de la nourriture. En s’approchant, elle a constaté que deux hommes étaient décédés rapporte l’Echo Républicain.

Deux amis de 38 et 69 ans ont été retrouvés morts dans un jardin, jeudi 3 août 2017, vers midi, l’un au sol, l’autre assis sur une chaise. Les corps ne portent aucune trace d’agression.

Pour le moment, l’origine du décès des deux hommes était encore, ce vendredi 4 août, une énigme pour les gendarmes d’Eure-et-Loir.

Lucien Perot et Olivier Boudin ont été retrouvés morts, jeudi 3 août, vers midi, dans le jardin d’une maison, avenue Pierre-et-Marie-Curie, à Authon-du-Perche.

Le procureur de la République de Chartres, Rémi Coutin, a confirmé, vendredi 4 août, la mort mystérieuse de ces deux amis, respectivement âgés de 69 ans et 38 ans, tous les deux domiciliés dans cette commune.

Plusieurs hypothèses avancées par le procureur

« L’un était assis sur une chaise, l’autre allongé au sol. Leurs corps ne présentent aucune trace d’agression apparente. Ils semblent décédés simultanément. »

Le procureur, qui a ouvert une enquête pour rechercher les causes de la mort, évoque plusieurs hypothèses : « Le suicide collectif, l’absorption accidentelle d’aliments nocifs ou un ajout de produits par quelqu’un d’extérieur. Dans ce cas, nous sommes sur un fait criminel. »

Il serait également tout à fait plausible que l’un des deux soit mort d’un malaise, provoquant une émotion mortelle chez le second.

« Les deux hommes semblent décédés simultanément » RÉMI COUTIN (Procureur de la République de Chartres)

C’est une proche voisine, intriguée de voir les deux hommes immobiles, qui les aurait découverts : « Mercredi soir, ils ont fait la fête. Lucien, que certains surnommaient “Pépère”, et qui résidait là, avait invité Olivier. Je les voyais dans le jardin depuis les fenêtres de ma maison. »

Le lendemain, selon son récit, elle est réveillée par son chat, vers 6 heures. Elle ouvre les volets de sa chambre et distingue Olivier Boudin couché par terre, au pied d’une dépendance : « Je me suis dit qu’il avait dû prendre une bonne cuite pour dormir encore », affirme-t-elle.

« J’ai réalisé qu’ils étaient morts »

Vers 9 heures, poursuit-elle, elle emprunte l’impasse qui sépare les deux maisons afin d’aller nourrir les poules d’un voisin en vacances. En passant, elle se serait rendu compte que Lucien Perot était assis sur une chaise, devant la table encore dressée, avec de la nourriture et du vin.

Elle le croit endormi, dit-elle : « Vers midi, je me suis vraiment inquiétée. Je me suis approchée et j’ai crié. Je n’ai pas eu de réponses et ils n’ont pas sursauté. »

Elle marque une pause et ajoute lentement, à voix basse : « J’ai réalisé qu’ils étaient morts. » Sans pour autant en avoir la certitude absolue. Elle contacte la gendarmerie et les sapeurs-pompiers et appelle une riveraine.

Selon elle, cette femme aurait rempli une casserole d’eau et aspergé Olivier Boudin que ne réagit pas. En le touchant, elle aurait constaté que son corps était rigide.

http://bit.ly/2fhezAx