🇫🇷 #EureEtLoir 39 armes de guerre dont 2 lance-roquettes saisis lors de perquisitions. 4 hommes écroués.

par Y.C.
Illustration - DR

Après deux ans d’enquête, la police judiciaire d’Orléans a interpellé quatre hommes dans plusieurs départements et ont découvert une quarantaine d’armes, dont deux lances-roquettes.

Tout avait débuté en 2015 quand la police avait ouvert une enquête pour trafic de stupéfiants dans le quartier du Vieux-Puits à Lucé en Eure-et-Loir. L’enquête avait conduit la direction interrégionale police judiciaire (DIPJ) à soupçonner également un trafic d’armes.

Ce mercredi, les enquêteurs sont passés à l’action. Une opération a été menée sur plusieurs communes du département, à Lucé, Dreux, Vernouillet, Sainte-Gemme-Moronval, Ezy-sur-Eure mais également à Saulx-Marchais (Yvelines). Les policiers ont interpellé quatre individus d’une trentaine d’années.

3 des suspects déjà connus de la justice

Des suspects qui sont loin d’être inconnus de la justice, du mois pour trois d’entre-eux. L’un se trouve en état de récidive et a déjà 14 mentions sur son casier judiciaire a indiqué le procureur cité par L’Echo Républicain. Deux autres suspects ont cinq mentions pour l’un, une seule pour le troisième. Seul le dernier interpellé est inconnu de la justice selon le magistrat.

39 armes de guerre saisies

Les perquisitions qui ont été effectuées ont confirmé les soupçons des enquêteurs. Au total ce sont 39 armes de guerre qui ont été saisies : dont deux lance-roquettes chargés de type M80, mais également deux kalachnikovs, deux fusils mitrailleurs mais aussi dix armes de poing et 22 armes longues. 80 kg de munitions ont également été découvertes indique Europe 1.

De plus, quatre voitures dont deux volées et faussement immatriculées ont été appréhendées par les policiers.

Les quatre individus ont été mis en examen pour trafic de stupéfiants, trafic d’armes et de munitions, association de malfaiteurs. Ils ont été incarcérés comme le rapporte L’Echo Républicain.

Pour le directeur départemental adjoint de la DIPJ cité par ce même journal, il ne s’agit pas de terrorisme mais d’une « bande de cité en lien avec le grand banditisme ».

Actu17.