🇫🇷 #Évreux Un militaire se disant harcelé par son supérieur hiérarchique s’est donné la mort. Enquête ouverte.

par Y.C.
Illustration.

Clément, un sergent affecté à la base 105 d’Evreux (Eure) s’est suicidé. Une lettre a été retrouvée au domicile du militaire qui était homosexuel, où ce dernier explique que son supérieur hiérarchique voulait « le détruire ». Le militaire subissait des « insultes à caractères homophobes » selon son compagnon.

Une enquête a été ouverte par le parquet d’Evreux le 17 novembre dernier, jour du suicide de ce sergent. Ce même jour où une lettre évoquant des faits de harcèlement a été découverte au domicile du militaire, qui était âgé de 37 ans.

L’homme subissait chaque jour au travail « des insultes à caractère homophobe » a affirmé Sylvain Dumont, son compagnon. Une plainte avait également été déposée contre le défunt, pour le motif « d’agression sexuelle ».

Le militaire accusait son supérieur hiérarchique, dont il se plaignait d’harcèlement, d’être à l’origine de ce dépôt de plainte, expliquant dans sa lettre que ce dernier voulait « le détruire ».

« Aucun signe précurseur » selon le colonel David Desjardins

Cité par Europe 1, le responsable de la base où était affecté le défunt, le colonel David Desjardins a affirmé qu’il n’avait « pas connaissance de ces allégations (de harcèlement) avant le décès de la victime » mais qu’il savait qu’une plainte avait été déposée contre ce dernier, sans en connaitre le motif. Selon le colonel, « aucun signe précurseur » ne lui était parvenu avant le drame.

L’officier supérieur a également fait part des « excellents états de service » du sergent. « L’armée de l’air condamne toute forme de harcèlement et d’homophobie. Cela va à l’encontre des valeurs qui nous animent » a-t-il expliqué à Europe 1.

De son côté, l’époux de la victime a annoncé son souhait de déposer plainte contre l’État, expliquant qu’il ferait « tout ce qui est en son pouvoir pour rendre justice à Clément ».

Actu17.