🇫🇷 Un ex-responsable de Lafarge reconnaît des versements d’argent à l’État Islamique.

Des extraits d’auditions effectuées par les douanes judiciaires ont fuité dans la presse.

● Le géant français de la cimenterie fait l’objet d’une information judiciaire depuis le 9 juin dernier pour « financement du terrorisme » et « mise en danger d’autrui ». Des auditions des douanes judiciaires ont mis en lumière la participation à une économie parallèle de racket de Lafarge, en Syrie, avec l’Etat Islamique.

● C’est le journal Le Monde qui a jeté un pavé dans la mare en publiant des extraits d’auditions. On y apprend qu’un dirigeant a déclaré aux enquêteurs : « Daech vient dans la liste des racketteurs », en octobre 2013, pour un montant « de l’ordre de 20 000 dollars par mois ».

● Mais au lieu de se retirer du pays, le groupe français décide de « maintenir coûte que coûte l’activité de son usine de Jalabiya, à 87 kilomètres de Raqqa », pour garder un avantage stratégique lors de la reconstruction du pays, « quitte à financer indirectement des organisations terroristes », selon les déclarations d’un responsable de l’époque.

Actu17.