🇫🇷 Face aux réactions, le juge qui a libéré Bertrand Cantat sort de son silence.

par Y.C.

Fait rare : la polémique fait sortir un juge de son silence.

Le célèbre chanteur de Noir Désir, Bertrand Cantat, avait été condamné en à 8 ans de prison en 2004 pour homicide involontaire sur sa compagne de l’époque, l’actrice Marie Trintignant. Il l’avait tuée à coups de poings alors que tous deux se trouvaient à Vilnius en Lituanie.

Mais alors que Bertrand Cantat est en liberté conditionnelle depuis 10 ans, il a fait la Une du magazine Les Inrockuptibles du 11 octobre dernier. C’est ce qui a mis le feu aux poudres et a suscité une grosse polémique. Assez grande pour faire sortir de son silence le magistrat qui l’a libéré.

● Aux journalistes, le juge honoraire indique : « Je comprends l’émotion suscitée par la une de ce magazine, mais pas les réactions incroyablement violentes, parfois haineuses ».

● Le magistrat explique : « Je n’ai pas à porter un jugement d’ordre moral sur le choix qu’a fait Cantat de revenir dans la lumière. Je constate seulement que sa libération s’est déroulée sans le moindre incident. Par la suite, il m’a semblé que son retour sur la scène publique s’est déroulé de manière progressive, discrète, décente. Bien sûr, la discrétion est la règle pour la réinsertion de condamnés à de longues peines, c’est aussi une condition pour que s’exerce le « droit à l’oubli ». Pour Bertrand Cantat, c’est tout autre chose. Impossible d’imaginer pour lui ce droit à l’oubli, comme le montre la polémique de ces derniers jours. De toute façon, lui-même n’oubliera jamais ses actes ».

Actu17.