🇫🇷 Gérard Collomb dévoile des informations concernant une affaire récente et compromet le secret-défense.

par Y.C.

Le ministre de l’Intérieur a évoqué ouvertement au cours d’une interview, l’échange d’informations entre les services secrets, compromettant le secret-défense.

Les services secrets français ont été surpris d’entendre de la bouche du ministre de l’Intérieur que les services secrets échangeaient des informations.

« En général, ce sont des personnes pour lesquelles on a eu des renseignements de services étrangers ; donc on ne peut pas les judiciariser tout de suite » a expliqué Gérard Collomb au cours d’une interview accordée à Europe 1 le 27 septembre dernier.

Aux dires des observateurs, le ministre de l’Intérieur a franchi la frontière entre « Etat de droit » et « secret d’Etat », situation qui révélerait une compromission du secret de la défense nationale.

La « règle du tiers » révélée

Le ministre, en quelques mots, a brisé un tabou absolu dans le monde du renseignement connu sous le nom de « règle du tiers » rapporte Le Monde. Cette expression explique ce qui fonde une bonne part de l’efficacité du renseignement occidental.

Sans cette collaboration, les services secrets français seraient totalement aveugles explique le quotidien.

Gérard Collomb s’était déjà fait remarquer auprès des services anglais

Du côté de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSE), les dents grincent… Selon un conseiller d’Emmmanuel Macron cité par Le Monde, il s’agirait ni plus ni moins, d’une « bourde ».

En Mai dernier, Gérard Collomb s’était déjà illustré auprès des services de police britannique, en dévoilant des informations sur le parcours effectué par le terroriste de Manchester.

Actu17.