🇫🇷 Gilets jaunes aux Champs-Elysées : la boutique Dior pillée, une trentaine de vitrines brisées.

par Y.C.
(Capture écran vidéo Twitter)

Le bilan des dégâts de la manifestation de samedi sur les Champs-Elysées n’en finit plus de s’alourdir. La boutique Dior a fait l’objet d’un pillage pour un préjudice dépassant un million d’euros. D’autres établissements ont également été pillés.

Aucun bilan définitif n’a été communiqué pour l’heure mais les dégradations ont aussi été très nombreuses. Une quarantaine de véhicules tout d’abord, ont été incendiés. Une trentaine de vitrines de magasins et de restaurants ont été également brisées durant cette journée de violences.

Des scènes de pillages

Au 52 avenue des Champs-Élysées, de nombreux individus ont participé au pillage du magasin Dior, comme le montrent plusieurs vidéos sur les réseaux sociaux. Le préjudice dépasse un million d’euros. La boutique Givenchy située rue François Ier a également été la cible de pilleurs, tout comme celle de Louis Vuitton et d’autres boutiques de luxe.

À cela s’ajoute le manque à gagner des commerçants du quartier des Champs-Elysées qui ont dû fermer boutique en ce samedi de fin d’année, à l’approche des fêtes de Noël.

45 individus déjà déférés, 23 remis en liberté

Parmi les 102 personnes placées en garde à vue ce samedi, un certain nombre d’entre-elles l’ont été pour le motif de recel de vol comme nous l’indiquions dimanche. En d’autres termes, les policiers ont découvert des objets volés sur des individus, qui ont été par conséquent interpellés. La qualification des poursuites pourraient ensuite évoluer en vol aggravé si les enquêteurs parviennent à exploiter les vidéosurveillances et ainsi apercevoir des mis en cause en pleine action. 45 personnes ont d’ailleurs été déférées au tribunal correctionnel de Paris ce lundi pour y être jugées en comparution immédiate, d’autres devraient l’être aujourd’hui. 23 procédures ont d’ores et déjà été classées sans suite.

À noter également que 5 mineurs figurent parmi les 103 personnes interpellées samedi. La grande majorité des mis en cause étaient jusqu’ici inconnus des services de la justice. Deux interpellés sont toutefois déjà connus de la police.

D’autres gardés à vue vont devoir répondre de faits de violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique, d’outrage, de rébellion ou encore de dégradations volontaires de biens publics, devant la justice.

Un policier a perdu l’usage de son œil

L’un d’entre-eux est poursuivi pour « violences volontaires aggravées ayant entraîné une infirmité permanente ». Un policier de la 11ème compagnie d’intervention de la Direction de l’ordre publique et de la circulation (DOPC) a été grièvement blessé à un œil après l’explosion d’une bombe artisanale, en début de soirée. Selon nos informations, le policier pourrait perdre l’usage de son œil.

Au total et comme nous l’avons révélé dimanche, ce sont plus de 150 membres des forces de l’ordre qui ont été blessés à des degrés différents, dans ces interminables affrontements violents.

Une autre manifestation des Gilets jaunes doit se tenir à Paris ce samedi 1er décembre alors qu’Emmanuel Macron doit s’exprimer ce mardi.