🇫🇷 Gilets Jaunes : La vidéo de l’agression d’une personne handicapée à Quimper est fausse.

par Y.C.

La scène, visionnée plus d’un million de fois et partagée 400 000 fois sur Facebook, est un coup monté de toutes pièces.

Une séquence filmée à Quimper, lors de la manifestation des Gilets Jaunes le 17 novembre, et diffusée sur les réseaux sociaux est une mise en scène. Publiée par le compte Twitter « LesGiletsJaunes.fr » avec le commentaire suivant : « des CRS s’en prennent à un handicapé en chaise roulante, ils tabassent son accompagnant, et ensuite s’en prennent à la personne qui filme la scène. », elle a fait un énorme buzz.

Une mise en scène

Sur la vidéo, qui dure 1 minute et 27 secondes, on voit des CRS qui bousculent une personne en fauteuil roulant, avant de matraquer et maîtriser un homme à ses côtés. Mais la description de la séquence ne correspond pas du tout à la réalité.

L’homme en fauteuil roulant s’exprime

Le principal concerné par cette vidéo, qu’il a découverte une fois publiée sur les réseaux sociaux, a tenu à rétablir la réalité des faits.

Cet homme est Stéphane Le Bourdon, conseiller départemental (PS) du Finistère. Au journal Ouest-France, il raconte : « Cette vidéo, c’est n’importe quoi. Elle ne montre pas du tout ce qu’il s’est passé. Les CRS ne m’ont pas agressé, ils ont voulu au contraire me protéger. Aujourd’hui, on fait dire ce que l’on veut aux images. En fait, c’est un véritable coup monté qui s’est déroulé en marge de la manifestation des Gilets jaunes ».

Un coup monté

Stéphane Le Bourdon se trouvait, à 20 heures, quai du Steir, près de la Préfecture. Il poursuit : « Je vois alors un autre homme en fauteuil roulant qui s’en prend aux CRS. Il leur jette des béquilles dans le dos. J’interviens pour tenter de le calmer. Je ne comprends pas pourquoi il s’en prend aux policiers. Il se lève de son fauteuil et je vois d’autres jeunes, près de lui, en train de filmer. Il s’en prend à moi. Les CRS interviennent car ils reçoivent des coups. C’était une mise en scène. Les jeunes ont réussi à me filmer de dos. Et ils prétendent que la personne frappée et mise à terre était mon accompagnant. Tout est faux. »

Des CRS filmés se sentent « très mal »

L’élu a écrit aux CRS. Il raconte : « On m’a dit qu’ils venaient de Saint-Brieuc et que certains étaient très mal. Je vais leur exprimer mon soutien. On ne peut pas fermer les yeux et rester sans rien faire face à ces exactions. Je vois trop de gens qui n’osent pas bouger quand ils sont témoins d’injustices. Il faut assumer ce que l’on est  ! »