🇫🇷 #Gironde Ivre, il tente de renverser des piétons avec sa voiture.

Illustration Actu17 ©

Un homme de 26 ans, ivre au volant de sa voiture, a tenté de percuter des piétons qui rentraient de soirée. Les gendarmes ont essayé de l’intercepter mais le conducteur a refusé de s’arrêter. Il a fini par perdre le contrôle de sa voiture qui a fait plusieurs tonneaux indique Sud-Ouest.

Les faits remontent à la nuit de lundi à mardi et se sont produits à proximité d’un camping. Le chauffard a été condamné à six mois de prison ferme, ce mercredi

« Quand je bois, je fais n’importe quoi et je ne me rappelle plus de rien, ensuite », plaide Cédric, un Médocain de 26 ans, devant le tribunal correctionnel de Bordeaux où il était jugé, en comparution immédiate, ce mercredi.

Durant la nuit de lundi à mardi, ce jeune père de famille sans emploi a suscité une certaine inquiétude dans la station balnéaire de Grayan-et-l’Hôpital qui lui vaut une liste importante de poursuites : refus d’obtempérer, conduite sans permis, sous l’emprise de l’alcool et surtout violences avec arme, en l’occurrence sa voiture qui est considérée comme une arme par destination. Le tout en récidive.

Feux éteints

Il est environ 3h30, mardi matin, quand cet homme sème le trouble sur son passage. Au volant d’un véhicule, il sillonne, feux éteints, autour d’un camping de Grayan-et-l’Hôpital et tente de percuter des piétons qui rentrent de soirée. Au passage, il insulte toutes les personnes noires qu’il croise.

Présents dans le secteur, des gendarmes tentent de l’intercepter.

Mais le chauffard refuse de s’arrêter, zigzague de plus belle, finit par perdre le contrôle de sa voiture qui part en tonneaux avant de s’immobiliser. L’homme en sort indemne. Mais toujours très énervé. Il a 1,23 g/l d’alcool dans le sang. Et se donne de violents coups dans le front avec ses menottes.

« Un trou noir »

« Vous auriez pu tuer quelqu’un, voire vous tuer vous-même », lui lance la présidente Anne-Marie Vollette. « J’ai un trou noir », répond le prévenu au casier déjà chargé de 21 condamnations dont plusieurs faits de violences sous l’emprise de l’alcool. En avril dernier, après un nouveau dérapage, il avait fait l’objet d’une hospitalisation d’office en psychiatrie pendant quinze jours.

Aux yeux du représentant du ministère public, Jean-Pierre Valenci, l’homme présente « un caractère extrêmement dangereux ». « Il a surtout besoin d’un soutien thérapeutique. Il est lui-même catastrophé par ce qu’il a fait », insiste l’avocate de la défense, Me Debelle-Chastaing.

Cédric a été condamné à douze mois de prison, dont six assortis d’un sursis avec une mise à l’épreuve de deux ans l’obligeant à se soigner et à travailler. Pour la partie ferme, le tribunal a décerné un mandat de dépôt à son encontre. « Cela afin d’éviter un renouvellement de l’infraction et surtout pour que vous débutiez un sevrage »,

http://bit.ly/2uPzQrI