🇫🇷 #Grenoble Des scellés concernant la disparition de Maëlys brûlés dans l’incendie volontaire de la gendarmerie.

Photo AFP

Un incendie criminel a touché la gendarmerie de Grenoble dans la nuit de jeudi à vendredi. Du matériel a été détruit mais également des scellés. Certains qui appartenaient à l’affaire de la disparition de Maëlys, ont été détruits.

● Le Procureur de la République de Grenoble a confirmé ce vendredi que des scellés (des pièces à convictions), appartenant à l’affaire Maëlys, la petit fille de 9 ans toujours introuvable, sont partis en fumée lors de l’incendie volontaire de la gendarmerie. Une information déjà communiquée par France 3 plus tôt dans la journée.

● Cependant, le Procureur a précisé qu’il s’agissait de scellés « secondaires et ne présentaient pas d’intérêt majeur ». « Le véhicule du mis en cause » n’était pas là a-t-il ajouté, précisant que tous les scellés « importants » avaient été envoyés dans des laboratoires, pour y être analysés.

● L’incendie volontaire de la gendarmerie a été revendiqué par un groupe anarchiste, « en soutien au procès en cours à Paris » concernant l’incendie de la voiture de police en Mai 2016.

Actu17.