🇫🇷 #Guyane En permission de sortie, il est abattu de 2 balles dans la tête.

Illustration.

L’ancien chef d’entreprise condamné à huit ans de prison pour trafic de stupéfiants a bénéficié d’une permission de sortie. Il est abattu de deux balles dans la tête relate France-Guyane

Un ancien chef d’entreprise incarcéré pour trafic de drogue a été tué dans la nuit de lundi à mardi sur la route des plages, alors qu’il était en permission.

Fabian Odang, 33 ans, ancien patron d’une société du BTP, installée dans la zone Galmot, à Cayenne, condamné à 8 ans de prison lors d’un procès en appel pour trafic de drogue, a été abattu dans la nuit de lundi à mardi sur la route des Plages, à Rémire-Montjoly.

La victime, qui était incarcérée à la prison de Rémire-Montjoly, était en permission de sortie. Une mesure mise en place par l’institution carcérale pour les détenus purgeant une longue peine afin de leur permettre de garder un contact avec leur famille.

Fabian Odang était en compagnie de son épouse lorsqu’il a été tué au niveau des premiers restaurants. Il était 2 heures du matin, mardi, lorsque les gendarmes ont été alertés par les riverains. En arrivant sur les lieux du drame, ils ont découvert la victime au volant de sa voiture avec deux impacts de balles dans la tête.

À ses côtés se trouvait sa femme, en état de choc. Malgré son état de détresse, et avant d’être prise en charge par les secours et transportée par les pompiers au centre hospitalier, elle a évoqué un braquage dont ils auraient été victimes. Hier, elle n’avait pas encore été entendue par les enquêteurs.

Le procureur de permanence, Ève Tassin, s’est rendu sur place dans la nuit. Elle a confié l’enquête à la section de recherches de la gendarmerie. Elle a aussi confirmé l’identité de la victime, qui était connue de la justice des faits de trafic de stupéfiants.

Pour arrondir ses fins de mois, il accompagnait les mules jusqu’à Paris, pour surveiller ainsi de près leur « cargaison » . Il avait été condamné à 5 ans de prison en mars 2016 en comparution immédiate. Il avait fait appel de sa condamnation et les juges avaient alourdi sa peine.

Selon les premiers éléments de l’enquête, qui se dirige vers un règlement de compte, la victime s’était battue, il y a un mois, lors d’une permission de sortie, avec un homme qu’il avait trouvé chez lui. Sa permission avait été suspendue.

http://bit.ly/2sLPvCM