Haut-Rhin : Des bombes artisanales contenant de l’uranium découvertes, un homme écroué


Illustration. (Jose Hernandez/Camera 51/shutterstock)

Les policiers ont interpellé un homme de 26 ans à Rouffach (Colmar) après la découverte de quatre bombes artisanales dont trois qui étaient prêtes à l’emploi, ainsi que du minerai d’uranium. Des écussons nazis et une tenue complète du Ku Klux Klan ont également été saisis. Le mis en cause a été mis en examen et écroué.

C’est lors de perquisitions que les policiers ont fait l’inquiétante découverte. Quatre bombes artisanales, dont trois prêtes à l’emploi ont été saisies le 26 août dernier rapporte le quotidien Les Dernières nouvelles d’Alsace confirmant une information du Canard Enchaîné.

L’affaire a commencé lorsque le commissariat de Colmar a reçu l’appel du centre de formation des apprentis de la commune. Un élève s’est vanté « d’avoir fabriqué des engins explosifs, et diffusait des vidéos sur ce sujet », détaille la procureure de la République de Colmar, Catherine Sorita-Minard, dans un communiqué. Le suspect « était rapidement identifié, localisé, interpellé et placé en garde à vue le jour même ».

Les policiers se sont alors déplacés jusqu’au domicile de ses parents situé à Rouffach. Des perquisitions ont été menées et les bombes artisanales « neutralisés par une équipe de démineurs », puis saisies. Des « ensembles de poudres noires, des initiateurs, des pièces métalliques, un morceau d’uranium naturel », ont aussi été découverts par les enquêteurs. « De nombreux matériels informatiques ont également été saisis, ainsi que de la documentation en lien avec le Klu Klux Klan, certains documents étant ornés de croix gammée », détaille la magistrate.

« Des troubles psychiatriques » par le passé

Le suspect de 26 ans « sans antécédent judiciaire, consommateur de stupéfiants ayant présenté par le passé des troubles psychiatriques ayant justifié des hospitalisations en psychiatrie ». Durant sa garde à vue, il a déclaré aux policiers qu’il s’était fourni sur le site eBay et qu’il avait appris à confectionner ses engins explosifs à l’aide de tutoriels. Il a également affirmé qu’il souhaitait les faire exploser dans un champ, pour le Nouvel an. Le minerai d’uranium aurait pu provoquer une propagation de radioactivité, dans des proportions limitées.

L’homme qui « apparaît en lien avec au moins une personne domiciliée en Belgique adhérant à des thèses d’ultra-droite », a été mis en examen et placé en détention provisoire. Une information judiciaire a été ouverte des chefs de « détention et transport de substances ou produit incendiaire ou explosif ou d’éléments servant à la confection d’engins explosifs, fabrication non autorisée d’engin explosif et fabrication d’éléments destinés à entrer dans la composition d’un produit explosif » a précisé le parquet.