Haute-Saône : Elle invite son ex-compagnon chez elle et le poignarde avec un couteau de boucher


Illustration Actu17 ©

Une quinquagénaire est poursuivie pour « tentative d’assassinat » pour des faits commis le 1er mai dernier à Fougerolles (Haute-Saône). Elle a porté plusieurs coups de couteau à son ex-compagnon, le blessant grièvement, avant de tenter de se suicider.


Une femme de 57 ans a été placée en garde à vue, ce samedi matin, dans le cadre d’une enquête pour « tentative d’assassinat » menée par les gendarmes de Haute-Saône. Elle est soupçonnée d’avoir poignardé son ancien compagnon, chez elle à Fougerolles, le 1er mai dernier, relate France Bleu.

Le jour du drame, l’attention de voisins de la quinquagénaire a été attirée par des cris inquiétants. Ils ont alors découvert un homme ensanglanté, qui se trouvait devant une maison en se tenant l’abdomen. Alertés, les secours et les gendarmes sont rapidement arrivés sur place. L’homme, grièvement blessé, a été pris en charge et hospitalisé en réanimation.

« Une mise en scène »

Dans la maison, les militaires ont découvert une femme qui avait perdu connaissance. Elle venait de s’ouvrir les veines et d’avaler des médicaments, a indiqué le procureur de la République de Haute-Saône, Emmanuel Dupic. Les secours l’ont prise en charge et l’ont transportée aux urgences, avant qu’elle ne soit transférée au service psychiatrique de l’hôpital de Vesoul.

Les premiers éléments de l’enquête ont mis en évidence que cet homme, âgé de 66 ans, avait annoncé à sa compagne vouloir mettre un terme à leur relation amoureuse en avril dernier. Cette dernière ne l’aurait pas supporté. Elle l’a invité à venir chez elle et préparé « une mise en scène préméditée », a précisé le magistrat.


Un coup de couteau dans le ventre

La mise en cause a fait entrer le sexagénaire dans sa chambre, avant de s’emparer d’un couteau de boucher de 30 centimètres et de lui planter l’arme blanche dans l’abdomen. L’attaque lui a causé une plaie de 20 centimètres de profondeur, qui lui a « coupé un bout d’estomac », a indiqué le procureur.

La quinquagénaire lui a ensuite porté un second coup de couteau, que l’homme a réussi à esquiver avant de prendre la fuite et d’alerter le voisinage. « C’est un miracle qu’il s’en soit sorti », selon le magistrat. Dans le même temps, la quinquagénaire tentait de se suicider et était sauvée par les secours.

Un « guet-apens »

Au terme de sa garde à vue qui devrait intervenir ce lundi, la mise en cause doit être présentée à un juge d’instruction de Besançon, au pôle criminel. Une information judiciaire doit être ouverte. La quinquagénaire a fait l’objet d’une expertise psychiatrique qui a conclu qu’elle était accessible à une sanction pénale, malgré ses propos confus. Elle n’a pas expliqué les raisons de son geste.

Ni l’homme, ni la femme, n’étaient connus des services de gendarmerie ou de la justice. Aucun fait de violences conjugales n’avait été signalé. Face aux enquêteurs, le sexagénaire a confié avoir eu l’impression d’être « tombé dans un guet-apens ».