🇫🇷 #HauteSavoie Il tente de renverser un motard de la gendarmerie. Les militaires ouvrent le feu.

Illustration

Des motards prennent en chasse un véhicule qui refuse de s’arrêter. Le chauffeur du véhicule prend des risques inconsidérés et tente de renverser un motard. Des militaires arrivés en renfort ouvrent le feu explique Le Dauphiné.

Pourquoi les trois hommes qui se trouvaient hier après-midi dans une voiture dans le secteur de Bonneville ont-ils fui à la vue des forces de l’ordre ? Pourquoi ont-ils, en outre, pris le risque de foncer vers les gendarmes au point de contraindre ces derniers à ouvrir le feu ?

L’enquête ouverte depuis hier soir le dira. Mais le périple aurait pu très mal se terminer pour eux… Ou pour d’autres automobilistes qui auraient eu la malchance de croiser leur route de trop près.

Tout commence lorsqu’une patrouille de motards, de retour du carambolage qui a fait plusieurs blessés à Arenthon (lire par ailleurs), repère une voiture dont le conducteur vient de commettre plusieurs infractions.

Immédiatement, les gendarmes lui font signe de s’arrêter.

Mais le chauffeur décide alors de se soustraire aux signaux des militaires. Il accélère et tente de semer les pilotes qui engagent alors une course-poursuite pour essayer de stopper le véhicule. Hélas, rien n’y fait.

Pire, le conducteur adopte un comportement de plus en plus dangereux. Jusqu’à tenter de renverser les motards.

Ils parviennent à localiser puis à interpeller les trois hommes

Face au danger pour eux, « mais aussi pour les autres usagers de la route », explique une source proche du dossier, les gendarmes n’ont alors plus qu’une option. Ils sortent leurs armes et tirent dans les pneus de la voiture.

Endommagée, celle-ci finit par s’immobiliser dans un champ tout proche de Bonneville.

Trois personnes s’extirpent alors du véhicule et parviennent à prendre la fuite.

Entre-temps, les gendarmes ont mobilisé d’importants renforts. En tout, une cinquantaine d’hommes. Et, au bout d’une vingtaine de minutes, les forces de l’ordre parviennent à localiser puis à interpeller les trois fuyards qui n’étaient pas armés et qui n’ont pas non plus été blessés.

Hier soir, ils se trouvaient encore en garde à vue. Les investigations devront déterminer les raisons de leur fuite devant les gendarmes et des risques qu’ils ont pris pour tenter de leur échapper. Elles portent aussi sur les infractions commises avant le début de la course-poursuite.

Une autre enquête judiciaire a également été ouverte pour déterminer les conditions précises dans lesquelles les motards ont fait usage de leurs armes. Un geste d’ultime recours et qui reste relativement rare

http://bit.ly/2t9EVG7