Hauts-de-Seine : Il menace son frère lors d’un appel vidéo et lui montre le cadavre de l’homme qu’il vient de tuer


Illustration. (Adobe Stock)

Un homme a été interpellé à Bordeaux (Gironde) le week-end dernier. La veille, il avait appelé son frère en visio pour le menacer de mort… mais également pour lui montrer le cadavre de celui qu’il venait de tuer.

Un commerçant de Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine) âgé de 39 ans a vécu une scène atroce ce vendredi soir. Il a reçu un appel vidéo de son frère, Merzek, qui vit en Espagne. « Tu sais ce monsieur est tellement bête. Sa vie ne vaut que 6000 euros », lui a-t-il lancé. Le trentenaire n’a pas compris d’où il voulait en venir comme le raconte Le Parisien.

Depuis des semaines, Merzek lui réclamait de l’argent. Mais le commerçant avait refusé de lui en donner car il ne s’en sert que pour boire et jouer. Merzek avait d’ailleurs une bouteille de bière à la main au moment de l’appel. Quelques instants après, il a détourné la caméra de son téléphone vers le sol. Un homme gisait dans son sang, une main dans le dos, un pied tordu. Son crâne était comme fendu.

Merzek a ensuite tourné le visage de sa victime vers l’objectif de son téléphone. Il a prévenu son frère qu’il allait découper le cadavre de cet homme et qu’il s’occuperait ensuite de lui et sa famille. Le commerçant terrorisé a immédiatement prévenu la police espagnole. Il s’est ensuite dirigé au commissariat de L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) où il a été auditionné.

Interpellé à Bordeaux

Les forces de l’ordre se sont mises à la recherche de Merzek. Ce dernier a été localisé puis interpellé ce week-end à Bordeaux, où il s’était réfugié après avoir demandé à un autre membre de sa famille de bien vouloir l’héberger. Il a été placé en garde à vue.


Les enquêteurs catalans ont de leur côté retrouvé le cadavre du défunt qui était âgé de 42 ans. Ce dernier, qui était semble-t-il le colocataire de Merzek, avait été tué à l’arme blanche. Il y avait également une scie dans l’appartement mais le corps n’avait pas été découpé. L’autopsie a montré que la victime avait été poignardée à plusieurs reprises dans le dos.

Il était sorti de prison en décembre

Le commerçant avait repris contact avec son grand frère il y a quelques semaines, ce dernier ayant retrouvé sa trace. Les deux hommes ne se sont que rarement fréquentés au cours de leur vie. En Espagne, Merzek est connu sous un alias (une fausse identité, ndlr). Les policiers catalans ont retrouvé le mis en cause dans leur fichier au nom de Pierre Rubio, 57 ans, explique Segre.

L’homme était sorti de prison en décembre dernier après avoir purgé une peine de 10 ans pour extorsion et torture. Merzek a déjà été condamné à neuf reprises en Espagne et son nom ressortirait dans une vingtaine d’affaires différentes. La police espagnole a demandé l’extradition du mis en cause qui devrait retourner derrière les barreaux pour de longues années.