🇫🇷 Hauts-de-Seine : Le trafiquant de drogue propose 3 000 € par jour aux policiers municipaux pour fermer les yeux.

par Y.C.
Illustration Actu17 ©

Le procès de ces dix personnes impliquées dans un trafic de stupéfiants est riche en révélations.

De mercredi à vendredi se tenait, au Tribunal Correctionnel de Nanterre, le procès de dix membres d’un réseau de trafic de stupéfiants implanté dans la cité Total située rue Gabriel-Péri à Colombes.

Il gère le trafic depuis sa cellule

Le « plan stups » était bien ancré dans le quartier. La présidente du tribunal a décrit l’invivable : « C’est devenu une zone de non-droit, on tire à vue, les gens ne peuvent plus rentrer chez eux sans être fouillés ». Le trafic pourrissait la vie des riverains, malgré un précédent coup de filet policier qui avait envoyé le « boss », Adnane âgé de 33 ans, derrière les barreaux de la Maison d’Arrêt de Fresnes. C’est de là qu’il continuait à orchestrer le trafic de stupéfiants, avec son frère Alaa-Eddine, 21 ans, sur le terrain.

3 000 euros par jour aux policiers municipaux

Si le frère du patron du « plan stups » a nié avoir tenté d’acheter les policiers pour 1 000 euros par semaine chacun, lors d’une intervention du 15 août 2016, un autre membre du réseau a avoué une tentative de corruption. Moyabi, 23 ans, a reconnu avoir, cinq jours plus tard, proposé 3 000 euros par jour aux policiers municipaux pour ne plus les voir dans la cité. Pour lui, les fonctionnaires constituaient une « nuisance » pour les affaires. Moyabi a déclaré pour sa défense au tribunal qu’il avait « beaucoup bu » ce jour-là et qu’il « ne pensait pas qu’ils allaient le prendre au sérieux ».

Verdict

Le procès s’est déroulé sur trois jours pour se terminer ce vendredi. Le « boss », Adnane, a été condamné à huit ans de prison. Abdelkrim, désigné comme son bras droit, a écopé de six ans de prison. Alaa-Eddine, le frère d’Adnane, son relai dans la cité Total, a été condamné à quatre ans de prison dont un an avec sursis. Les dix condamnés ont tous été interdits de fréquenter le secteur, soit le quartier Gabriel-Péri soit le département des Hauts-de-Seine selon les profils, pendant cinq ans. Tous disposent de dix jours pour faire appel, rapporte Le Parisien.

Actu17.