Hauts-de-Seine : Poursuivi pour 42 cambriolages, il déjouait les serrures en façonnant lui-même ses clés


Illustration. (Shutterstock)

Le cambrioleur utilisait une technique sophistiquée pour commettre ses vols sans effraction. Le préjudice de ses méfaits est estimé à 150 000 euros.

Les enquêteurs de la cellule de lutte anti-cambriolage (CLAC) de la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine ont été chargés d’identifier un cambrioleur de haut vol.

Les investigations des policiers ont montré qu’il s’était rendu coupable d’au moins 42 cambriolages de maisons et d’appartements depuis 2017, sur l’ensemble du territoire des Hauts-de-Seine, rapporte Le Parisien.

Le jeune homme de 25 ans a été traqué par les policiers spécialisés à partir du mois de septembre 2019, suite au vol de bijoux et de 1 000 euros en espèces commis dans un pavillon de Meudon-la-Forêt. Les habitants avaient pu fournir une description précise du suspect et de son moyen de transport : un scooter.

Ces informations ont permis aux policiers de l’identifier car il était déjà connu des services de la police et de la justice pour des cambriolages. Placé sous étroite surveillance, ses heures de liberté étaient désormais comptées.


Il limait ses clés pour déjouer les systèmes de fermeture

Le voleur usait toujours du même mode opératoire. « Il s’attaquait à un type précis de serrure connue sous le nom de ‘serrure sans souci’. Il parvenait à les forcer avec une fausse clé qu’il façonnait lui-même et qu’il réussissait à adapter en la limant un peu », a indiqué une source proche du dossier citée par le quotidien francilien.

Interpellé, il a été placé en garde à vue et sa téléphonie a été exploitée. Les enquêteurs ont constaté qu’il avait déclenché des bornes de télécommunications aux endroits et horaires de commission des cambriolages. Confirmant un peu plus, si besoin en était, les soupçons des enquêteurs.

Mis en examen et placé en détention provisoire

Durant sa garde à vue et face aux éléments des policiers, le suspect aurait reconnu certains de ses méfaits. Il aurait également admis avoir fait appel à un réseau de receleurs parisiens pour écouler les bijoux volés.

Le jeune homme a confié s’être enrichi à hauteur de 50 000 euros grâce aux cambriolages. Le préjudice de ces vols est estimé par les enquêteurs à 150 000 euros. Au terme de sa garde à vue, une information judiciaire a été ouverte. C’est dans ce cadre que le suspect a été mis en examen et placé en détention provisoire.