🇫🇷 Hauts-de-Seine : Une femme violée par son infirmier sur son lit d’hôpital.

par Y.C.
Illustration. (DR)

Un infirmier de 49 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire suite au viol d’une patiente de 32 ans en pleine nuit. Le suspect avait déjà été condamné pour agression sexuelle.

Elle a d’abord cru qu’elle avait halluciné à cause de son traitement, mais la réalité était bien celle qu’elle craignait. Une femme a été admise le 1er février, pour plusieurs jours, à l’hôpital américain, un établissement privé, de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) car elle souffrait de sérieux problèmes de santé. Les médecins lui ont prescrit un lourd traitement médicamenteux, comprenant de nombreux effets indésirables.

Ce 4 février, son petit ami est présent dans sa chambre raconte Le Parisien. Un infirmier entre dans sa chambre pour lui administrer son traitement, comme chaque soir. Son compagnon la quitte vers 22 heures, laissant son amie endormie.

Durant la nuit, la patiente entend l’infirmier lui parler mais également la toucher avec ses deux mains, lui donnant l’impression d’une relation sexuelle. La patiente ne réagit pas, étant sous l’effet des nombreux médicaments qui l’ont assommé. C’est au réveil qu’elle comprendra ce qui lui est arrivé.

« Désolé ma belle »

Le lendemain matin, la femme ressent de fortes douleurs dans le bas-ventre et le souvenir d’un homme qui l’aurait forcé à un rapport sexuel.

La patiente croit d’abord à des hallucinations dû à son traitement. C’est finalement un SMS d’un numéro inconnu disant « Désolé ma belle » qui commencera à la faire sérieusement douter, jusqu’à ce qu’un médecin lui confirme que les médicaments qu’elle prend ne donne aucune hallucination.

Les policiers n’auront pas de mal à interpeller le suspect, un infirmier de 49 ans qui avait donc envoyé un SMS à sa victime après les faits. Un homme qui n’est pas inconnu des services de police puisque ce dernier est inscrit au fichier judiciaire des auteurs d’infractions sexuelles (Fijais), après avoir été condamné pour agression sexuelle sur personne vulnérable, sept ans auparavant.

Le suspect en garde à vue expliquera que son SMS était en fait des excuses après avoir repoussé les avances de la patiente. Des explications qui n’ont pas convaincu les enquêteurs qui ont procédé à des analyses du sperme retrouvé sur les lieux des faits.

Le suspect a été immédiatement mis à pied et licencié par l’hôpital américain, réputé prestigieux. Depuis, l’homme a été mis en examen pour viol et placé en détention provisoire, le 14 février.

Actu17.