Hérault : Un policier d’Agde qui venait de quitter son service agressé et frappé par 2 individus


Illustration Actu17 ©

Un policier affecté à Agde (Hérault) qui venait de quitter son service tôt ce dimanche matin, a été agressé par un chauffard et son passager. Les deux individus ont été interpellés et placés en garde à vue.

Un fonctionnaire de police d’Agde a terminé son service vers 05h30 ce dimanche matin et a pris la route vers son domicile, en passant par la départementale 612. C’est alors qu’il a constaté qu’un automobiliste le suivait et lui faisait des appels de phares explique le communiqué du syndicat de police Unité SGP-FO.

Le chauffard a collé dangereusement le véhicule du policier à plusieurs reprises et a fini par le doubler avant de s’arrêter au milieu de la chaussée. Le conducteur et son passager sont alors sortis de leur voiture. Surpris, le policier a continué son chemin et a fait appel à la gendarmerie face au comportement des deux suspects.

Il décline sa qualité de policier et reçoit des coups de poing

C’est alors que le chauffard est revenu à sa hauteur, l’a dépassé, et l’a coincé sur le bas côté de la chaussée. Le policier qui a pris soin de décliner sa qualité a alors reçu des coups de poing de la part des deux suspects.

Un témoin intervient

Un autre automobiliste a aperçu la scène et s’est arrêté pour venir en aide au policier. Il s’agissait d’un agent de la surveillance générale de la SNCF (SUGE), la police ferroviaire. Les deux agresseurs ont alors pu être maîtrisés et ont été interpellés par les gendarmes arrivés sur place à leur tour. Ils ont été placés en garde à vue.


Ces derniers qui étaient alcoolisés au moment des faits sont âgés de 19 ans et 26 ans et sont originaires de Marseillan et de Villeneuve-lès-Béziers indique Midi-Libre. Ils sont poursuivis pour violence en réunion, sous l’empire d’un état alcoolique et sur personne dépositaire de l’autorité publique, mais également pour mise en danger de la vie d’autrui, vitesse excessive et conduite sous l’empire d’un état alcoolique.

« C’est maintenant régulièrement que nos collègues se font agresser et sont blessés »

« Les jours se suivent et se ressemblent, c’est maintenant régulièrement que nos collègues se font agresser et sont blessés y compris hors service, c’est insoutenable » indique le communiqué du syndicat, qui réclame « la plus grande fermeté envers les agresseurs de représentants des forces de l’ordre », de la part de la justice.