🇮🇶 #Irak «Je veux juste rentrer chez moi» supplie la jeune djihadiste allemande aux soldats qui l’ont capturée.

Linda W.

Une jeune allemande de 16 ans avait rejoint l’EI depuis plus d’un an lorsqu’elle a été capturée à Mossoul par les combattants irakiens d’après L’Obs.

Il y a plus d’un an, Linda W., jeune djihadiste de 16 ans, est partie en Syrie. Capturée la semaine dernière lors de la bataille de Mossoul, elle espère pouvoir être extradée vers l’Allemagne.

Je veux juste rentrer à la maison » : c’est un appel à l’aide qu’envoie depuis sa prison irakienne Linda W., jeune Allemande arrêtée la semaine dernière par des soldats irakiens lors de la libération de Mossoul.

Avant son arrestation, personne n’avait eu de nouvelles de l’adolescente depuis son départ en Syrie pour faire le djihad, il y a plus plus d’un an.

L’itinéraire d’une adolescente (presque) comme les autres

En juillet 2016, Linda W. s’envolait pour la Syrie. Ce soir-là, pour ne pas éveiller les soupçons de ses proches, la jeune fille avait assuré qu’elle allait dormir chez une amie. En réalité, elle se rendait à Istanbul pour rejoindre, sur le sol syrien, les combattants de Daech.

C’est dans la plus grande discrétion que cette adolescente allemande aux traits encore enfantins et à la chevelure rousse s’était progressivement convertie à l’islam après être entrée en contact sur les réseaux sociaux avec des membres de l’Etat islamique.

Pourtant, avant cette disparition inopinée, rien ne laissait présager que Linda embrasserait un tel itinéraire… Le journal allemand, « Sueddeutsche Zeitung », a qui elle a récemment accordé un entretien, la décrit comme une « bonne élève », attirée par les matières scientifiques.

Depuis son départ, les enquêteurs n’ont jamais réussi à retrouver la moindre trace de la jeune fille. Ce n’est que depuis son arrestation que ses proches ont enfin pu avoir de ses nouvelles. Ils ont notamment appris qu’elle s’était mariée, dès son arrivée en Syrie, à un combattant de Daech, mort au combat quelques mois plus tard…

Cachée dans un tunnel

C’est durant la bataille de Mossoul, la semaine dernière, que Linda a été arrêtée par l’armée irakienne, en compagnie de trois autres femmes également membres de l’Etat islamique. Les jeunes femmes se cachaient dans un tunnel pour éviter les affrontements. Selon des médias allemands, des armes et des ceintures explosives ont été retrouvées sur place.

Linda aurait été légèrement blessée par balles, au genou et à la cuisse, mais elle serait aujourd’hui en bonne santé, selon les journalistes allemands. La jeune fille a ensuite été conduite dans une geôle à Bagdad.

« Je veux juste partir d’ici »

Dans un communiqué, le parquet de Dresde, ville de la région d’origine de Linda W., a confirmé samedi 22 juillet qu’elle avait bien « été identifiée en Irak », d’où elle pouvait désormais bénéficier de l’assistance de l’ambassade d’Allemagne.

A ce jour, toujours détenue, avec trois autres Allemandes membres de l’EI, la jeune femme apparaît sur une photo qui a fait le tour des réseaux sociaux. On peut l’apercevoir sur ce cliché, salie par la poussière, apeurée et entourée de soldats irakiens affichant un large sourire.

C’est depuis l’infirmerie de sa prison que l’adolescente s’est adressée à quelque médias de son pays. Dans une vidéo, Linda lance aux chaînes de télévision NDR et WDR un véritable appel à l’aide : « Je veux juste partir d’ici […]. Je veux m’éloigner le plus possible de cette guerre, de toutes ces armes, de ce bruit. »

Dans cet entretien, la jeune fille confie regretter son choix de s’être rangée aux côtés de l’organisation terroriste et exprime son envie profonde de retourner dans son pays natal :

« Je veux juste rentrer à la maison et retrouver ma famille. »

Elle se dit même, pour cela, prête à coopérer avec les autorités.

Plusieurs années de prison ?

Sauf qu’avant d’être fixée sur son sort, la jeune femme devra s’armer de patience et de courage. Elle risque en effet jusqu’à plusieurs années d’emprisonnement et n’a, pour le moment, aucune garantie que l’aide consulaire soit en capacité de la sortir de ce cauchemar.

Car, si la possibilité d’une extradition est en ce moment examinée par les responsables diplomatiques, il n’est pas certain pour autant que les autorités irakiennes acceptent cette proposition…

Une triste réalité qu’avait déjà tenu à rappeler le porte-parole du gouvernement français Christophe Castaner, soulignant que la justice irakienne est tout à fait apte à juger du sort des combattants de l’Etat islamique

http://bit.ly/2tGcpkA