🇫🇷 #Isère Caserne de gendarmerie incendiée à Meylan : «Nous aurions pu avoir des morts» indique le Procureur.

par Y.C.
Photo Gendarmerie Nationale

Un drame aurait pu se produire la nuit dernière en Isère, à Meylan, où des véhicules de la caserne de gendarmerie ont été volontairement incendiés. Les flammes ont atteint les habitations, mais les familles sont parvenues à évacuer à temps.

● C’est la seconde fois en moins d’un moins qu’une gendarmerie est la cible d’un incendie volontaire en Isère. Cette fois, ce sont les familles des gendarmes qui ont été visées.

● Vers 3h35, une ou plusieurs personnes ont réussi à pénétrer dans l’enceinte de la gendarmerie en découpant un grillage de protection. Le ou les suspects ont alors mis le feu à plusieurs véhicules : quatre voitures et deux motos, stationnées sous l’immeuble d’habitation des militaires et leurs familles.

Le feu s’est propagé aux façades du bâtiment a confirmé le Procureur de la République. Fort heureusement, il n’y a eu aucun blessé.

Photo Gendarmerie Nationale

« Cette affaire est particulièrement inquiétante car cette fois, on s’en est pris aux militaires et à leurs familles », a expliqué cet après-midi le procureur de la République de Grenoble Jean-Yves Coquillat, lors d’une conférence de presse.

« Nous aurions pu avoir une affaire dramatique avec des morts et des blessés »

« Il n’y a eu que des dégâts matériels. Pour autant, si les familles n’avaient pas été réveillées par l’odeur des fumées et si les gendarmes n’avaient pas réagi, nous aurions pu avoir une affaire dramatique avec des morts et des blessés » a ajouté le magistrat.

● Pour l’heure, aucune revendication n’a été faite après ces faits. « Est-ce que nous sommes en présence d’anarcho-libertaires ? Je ne peux pas répondre, il est trop tôt pour le dire » a expliqué le Procureur. « Il y a eu là la volonté de s’en prendre non pas à la gendarmerie en tant qu’institution, mais aux gendarmes et à leurs familles. »

Les auteurs ont attaché un cadenas sur le portail de la gendarmerie

● Sur le portail de la caserne, le ou les auteurs avaient installé un cadenas avant de prendre la fuite. « Probablement pour gêner l’intervention des secours » selon le parquet de Grenoble.

● Ce jeudi, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a condamné « avec la plus grande fermeté cet acte criminel qui aurait pu avoir des conséquences humaines dramatiques ».

● La protection des familles de gendarme a été renforcée a indiqué également le Procureur de la République.

2nd incendie visant une gendarmerie en Isère, en moins d’un mois

Le 21 septembre dernier, au sein de la caserne Offner à Grenoble, un incendie volontaire avait visé les militaires et avait été revendiqué que un groupe d’activistes en soutien aux accusés du procés de la voiture de police incendiée, à Paris en mai 2016.

Photo Gendarmerie Nationale

Actu17.