Isère : Un père de famille agressé à coups de barre de fer par 4 jeunes à qui il demandait de baisser le son


Illustration. (Shutterstock / MG White)

Deux des quatre individus, qui ont violemment agressé un père de famille, ont été incarcérés à l’issue de leur jugement.

Les faits se sont produits dans la nuit de lundi à mardi, sur un parking de La Tour-du-Pin en Isère. Un riverain a appelé la gendarmerie car des jeunes réunis à proximité de son domicile provoquaient des nuisances sonores avec leur autoradio.

Les militaires sont intervenus et ont fait cesser le tapage, rapporte Le Dauphiné. Mais à peine avaient-ils quitté les lieux que les quatre jeunes avaient remis le volume à fond.

Excédé, le requérant, un jeune père de famille, s’est alors déplacé lui-même pour leur demander de baisser le son. Les individus se sont moqués de lui et l’un d’eux s’est approché d’un air menaçant.

Le père de famille lui a décoché un coup de poing, et la situation a dégénéré. Un déferlement de violences s’en est suivi. Les quatre jeunes l’ont roué de coups de poing et de pied. L’un d’entre eux s’est muni d’une barre de fer et l’a frappé avec, le blessant grièvement.


45 jours d’ITT

Sa compagne a alerté les gendarmes qui sont intervenus de nouveau, mais les suspects avaient pris la fuite. Ils ont toutefois pu être interpellés.

Le père de famille a subi des plaies et des ecchymoses au visage, sur le corps, ainsi qu’une fracture du péroné. Il s’est vu délivrer 45 jours d’Incapacité totale de travail (ITT).

L’audience concernant cette affaire s’est tenue ce mardi, devant le tribunal correctionnel. Les suspects ont fait l’objet d’une comparution immédiate. Bilel A. a écopé de 12 mois ferme avec maintien en détention. Youssef D. a été condamné à 6 mois de prison avec maintien en détention et révocation de 3 mois de sursis d’une peine antérieure, Yacine D. a quant à lui écopé de 4 mois de prison ferme avec révocation de deux mois.

Enfin, le quatrième prévenu, inconnu de la justice jusqu’ici, a été sanctionné par 4 mois de prison avec sursis. Le père de famille a également été reconnu coupable de violences volontaires pour avoir porté le premier coup.