Isère : Une femme mise en examen pour «association de malfaiteurs terroriste» et écrouée


Le siège de la DGSI à Levallois-Perret. (photo Ip3 Press/Maxppp ©)

Interpellée ce mardi à Vienne (Isère) par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), une femme de 30 ans a été mise en examen pour « association de malfaiteurs terroriste » puis placée en détention provisoire.

Une opération de police s’est déroulée à Vienne ce mardi matin. Menée par la DGSI, elle a conduit à l’interpellation d’une femme de 30 ans raconte Le Dauphiné. Plus exactement, les policiers ont procédé à la perquisition d’un logement dans la rue Lafayette mais la suspecte ne s’y trouvait pas. Elle a finalement été interpellée quelques heures plus tard.

Cette intervention de police s’est déroulée dans le cadre d’une enquête préliminaire pour « association de malfaiteurs terroriste » ouverte en juin dernier par le parquet national antiterroriste (PNAT). La trentenaire, mère de famille, est radicalisée et a fait plusieurs séjours en Syrie depuis 2013 précisent nos confrères. Elle aurait eu pour but d’intégrer une organisation terroriste et était revenue sur le territoire national en 2018.

La suspecte avait alors été identifiée par la DGSI qui avait mis en place des surveillances discrètes visant cette dernière. Elle est notamment suspectée d’avoir tenté de retourner en Syrie.

Placée en garde à vue ce mardi dans les locaux de la DGSI à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), elle a été déférée et présentée à un juge antiterroriste qui l’a mise en examen, estimant par conséquent que les charges à son encontre étaient suffisantes. La mère de famille a été écrouée, comme l’avait requis le parquet.