🇫🇷 Jawad Bendaoud condamné pour des violences envers son ex-compagne.

par Y.C.

Jawad Bendaoud a été condamné ce mercredi en appel à Paris à un an de prison avec sursis pour avoir violenté et menacé son ex-compagne.

Celui que l’on surnomme « le logeur de Daesh », avait été condamné en première instance à Bobigny, en avril dernier, à dix mois de prison dont quatre avec sursis pour des faits de violences envers son ex-compagne, en octobre 2015 et des menaces de mort en mars-avril 2018.

Un coup de tête à sa petite amie

Lors de cette première audience, Jawad Bendaoud avait reconnu avoir porté un coup de tête à son ex-conjointe à l’automne 2015. Cette dernière s’était vue prescrire 4 jours d’ITT (incapacité totale de travail), ramenés plus tard à un seul jour.

Le coupable avait expliqué au sujet des menaces de mort, qu’il avait « pété les plombs » après avoir reçu des vidéos pornographiques dans lesquelles son ex-conjointe lui affirmait avoir tourné. L’homme l’avait menacé par SMS de lui « arracher les yeux » et de la « brûler vive ».

La Cour d’appel de Paris l’a condamné à un an de prison avec sursis et mise à l’épreuve. Une peine assortie notamment de l’interdiction d’entrer en contact avec son ex-petite amie, avec qui il entretient une relation tumultueuse depuis 2004 rapporte Le Figaro.

Le jugement en appel du 13 novembre

Jawad Bendaoud sera rejugé à compter du 21 novembre pour « recel de malfaiteurs terroristes ». Le « logeur de Daesh » est accusé d’avoir mis à disposition de deux des terroristes du 13 novembre, Abdelhamid Abaaoud et son complice Chakib Akrouh, un appartement à Saint-Denis. Les deux terroristes s’y étaient repliés après les attentats.

En première instance le 14 février dernier, Jawad Bendaoud avait été relaxé par la justice.

Interpellé par la police en juillet

Depuis, l’homme a été interpellé le 4 juillet dernier à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour outrage et rébellion.

Il a écopé de huit mois de prison ; une peine qui a été aménagée. Jawad Bendaoud a été laissé libre avec un bracelet électronique.

Actu17.