Jeune femme retrouvée morte dans le coffre de sa voiture : un homme mis en examen et écroué


Sandra est décédée après avoir été étranglée. (photo Facebook)

Sandra B. avait été retrouvée morte dans le coffre de sa voiture à Valenton (Val-de-Marne), le 12 mai dernier. Un homme de 33 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire.

Le travail des enquêteurs a rapidement porté ses fruits. Sandra avait été retrouvée morte dans le coffre de sa voiture, bâillonnée, pieds et poings liés. Une information judiciaire contre X avait alors été ouverte par le parquet de Créteil.

Un homme de nationalité pakistanaise, âgé de 33 ans, inconnu des services de police et en situation irrégulière sur le territoire français, a été mis en examen des chefs d’« arrestation, enlèvement, séquestration suivie de mort en bande organisée, modification de scène de crime et recel de cadavre », avant d’être placé en détention provisoire a indiqué le parquet.

Le Franprix où la jeune femme était passée pour son stage

Le frère du mis en cause est employé au Franprix de Quincy-sous-Sénart (Essonne), où la victime de 23 ans qui était étudiante, était passée dans le cadre de son stage en tant que commerciale pour une entreprise fournissant en glaces les magasins Franprix, détaille Le Parisien. C’est dans cet établissement que le téléphone portable de Sandra avait borné à l’heure du déjeuner, ce 9 mai. Elle avait d’ailleurs posté deux photos de Milly-la-Forêt (Essonne) vers 12h30, sur un réseau social.

Le jour de la disparition de la jeune femme, le suspect n’était pas censé travailler mais avait effectué un remplacement. Les enquêteurs se sont retrouvés face à une impasse lorsqu’il a fallu retrouver son domicile, ce dernier étant hébergé.


Le suspect avait quitté la France pour l’Italie

Le mis en cause s’est finalement présenté au siège de la Police judiciaire parisienne, dans le XVIIe arrondissement, rue du bastion. Les enquêteurs s’étaient orientés vers son profil puisque l’homme âgé de 33 ans était subitement parti en bus vers l’Italie le 12 mai dernier, le jour où le corps de Sandra a été découvert. La police avait délivré un mandat d’arrêt international peu après l’ouverture de l’information judiciaire, le 22 mai.

Le suspect qui a gardé le silence, a toutefois demandé à être présenté directement à un juge et à ne pas être placé en garde à vue a indiqué le parquet. Selon une source proche de l’enquête citée par Le Figaro, le mis en cause n’a pas reconnu les faits.

Ses proches avaient retrouvé sa voiture

La victime et cet homme de 33 ans ne se connaissaient pas. Le 9 mai, Sandra s’était rendue dans l’Essonne avant de repartir en direction de Créteil, à la mi-journée. Sur la route, elle avait envoyé des messages à ses proches mais n’a plus donné signe de vie ensuite.

Ces derniers avaient signalé la disparition de la jeune femme de 23 ans. Ils étaient parvenus à retrouver sa voiture à Valenton durant leurs recherches, avant que la police ne découvre le corps de leur proche à l’intérieur.

L’autopsie a montré que la victime est décédée par asphyxie, à la suite d’un étranglement. Les enquêteurs vont devoir désormais déterminer ce qui s’est exactement passé et si la jeune femme a été séquestrée.