🇫🇷 Jura : 500 voitures ont participé à une opération escargot pour protester contre la hausse des prix du carburant.

par Y.C.
(Photos Facebook / Sarah Mougeolle‎ - Seb Fortin)

Tout est parti d’un groupe Facebook composé de près de 25 000 membres, baptisé «De l’essence de la contestation».

Environ 500 véhicules ont participé ce vendredi matin à une opération escargot dans le Jura, à Dole. Le but de ces manifestants ? Protester contre la hausse du prix du carburant.

Les participants, du simple particulier en voiture, en moto, en camion, ou même en tracteur, en passant par des chauffeurs de taxi, ou encore des entrepreneurs, sont partis des rives du Doubs pour se rendre à la sous-préfecture. La police n’a pas souhaité communiquer le nombre de participants indique franceinfo.

C’est par l’intermédiaire d’un groupe Facebook que ce mouvement a été organisé. Un groupe nommé « De l’essence de la contestation », atteignant près de 25 000 membres.

Une délégation de manifestants a été reçue pendant une demi-heure par le sous-préfet.

Un mouvement national le 17 novembre

Un autre mouvement prend de l’ampleur, celui prévu le 17 novembre dans tout le pays. Car la grogne contre la hausse du prix des carburants ne faiblit pas et monte partout en France depuis plusieurs semaines. Une pétition a même été lancée, rassemblant plus de 700 000 signatures.

Le mouvement du 17 novembre appelle au blocage des routes et des autoroutes. Près de 8 Français sur 10 soutiennent ce mouvement selon un sondage publié ce jeudi 1er novembre.

« Les gens sont prêts à se mobiliser »

Là aussi, un groupe Facebook a été créé pour rassembler les volontaires et organiser le mouvement. Plus de 46 000 personnes s’y trouvent, et plus de 202 000 personnes se disent « intéressées » par cette journée. « Je ne suis pas l’organisatrice de cette mobilisation, mais j’y ai été associée, explique Priscillia Ludosky à franceinfoAu départ, cet événement était localisé uniquement à Paris, mais maintenant, partout en France, les gens sont prêts à se mobiliser. »

Une association de policiers s’est même jointe au mouvement du 17 novembre. « En tant que fonctionnaires, on est touchés, notamment par le fait que l’on prend nos voitures pour aller travailler », a détaillé le vice-président de l’UPNI à 20 minutes.

Durant un an, le prix du diesel à la pompe a progressé d’environ 23 %, contre 15 % pour celui de l’essence.

Actu17.