🇫🇷 #Justice L’appartement et la maison de Claude Guéant, ex-Ministre de l’Intérieur, confisqués.

Celui-ci est au centre de l’enquête sur le financement de la campagne présidentielle de 2007. L’avocat de Claude Guéant s’indigne.

Plus deux ans après la mise en examen de Claude Guéant pour «blanchiment de fraude fiscale en bande organisée» et «usage de faux», les biens immobiliers de l’ancien ministre de l’Intérieur ont été confisqués. Le 12 juin dernier, les juges d’instruction Serge Tournaire et René Grouman ont pris une ordonnance de confiscation à l’encontre de l’appartement parisien et de la résidence secondaire de l’ancien secrétaire général de l’Elysée. Ce dernier peut continuer à occuper ses biens mais ne peut les vendre.

Les magistrats enquêtent sur des soupçons de financement par la Libye de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Dans ce dossier gigogne qui a mis à mal une partie de la «sarkozie» sans pour autant apporter pour l’instant d’éléments probants d’un financement libyen, Claude Guéant doit s’expliquer sur l’origine d’un virement de 500 000 euros, effectué en mars 2008, provenant de Malaisie et dont les policiers ont retrouvé la trace sur ses relevés bancaires, lors d’une perquisition à son domicile.

Un appartement de 90 m2 dans le XVIe arrondissement de Paris

«On peut s’étonner que de telles mesures conservatoires soient prises plusieurs années après le début de l’instruction et alors que rien de nouveau ne justifie celles-ci, s’insurge Philippe Bouchez El Ghozi, l’avocat de Claude Guéant. Certains pourraient légitimement considérer que ces mesures constituent, en réalité, une forme désespérée de pression et de sanction en dehors de tout jugement dans un dossier qui patine complètement.»

Lire aussi :  🇫🇷 Autoroute A20 : Alors que le conducteur est à 130 km/h, le passager ouvre la portière et s'arrache le pied.

Lire la suite : bit.ly/2rOb…