🇫🇷 Karim Benzema suspecté d’être impliqué dans une tentative d’enlèvement à Paris.

par Y.C.

Le parquet a ouvert une enquête préliminaire pour « tentative d’extorsion » après une plainte déposée le 9 octobre dernier, 48 heures après les faits présumés.

L’information a été révélée ce jeudi soir par Mediapart. Au cœur de cette affaire, la somme de 50.000€ en liquide, qui a disparu. Tout du moins que le joueur du Real Madrid Karim Benzema, n’a pas récupérée. Une plainte a été déposée par Léo D’Souza, un agent sportif travaillant pour l’ex-international français.

L’homme affirme avoir été victime d’une tentative d’enlèvement et de séquestration le dimanche 7 octobre au soir, peu après le match de Ligue 1 PSG – Lyon qui se déroulait au Parc des Princes. Léo D’Souza qui effectue des missions sporadiques pour Karim Benzema, était censé rapatrier du Maroc une somme de 50.000€ en liquide, en France, en juillet 2018. Un montant lié à un mystérieux contrat de sponsoring au Maroc.

Léo D’Souza a expliqué que la somme d’argent avait été saisie par les douanes. Mais du côté du footballeur, l’argent lui a bien été rendu. Le clan Benzema affirme en avoir la certitude, avec comme élément de preuve, une quittance de paiement auprès des douanes marocaines.

« La plainte de Monsieur D’Souza est une tentative aussi mensongère que maladroite de couvrir ses turpitudes » a déclaré l’avocat de Karim Benzema, Me Sylvain Cormier, à Mediapart.

Un ami d’enfance du joueur mis en cause

Les faits présumés se sont déroulés devant le bar à chicha L’Opium, situé sur le quai François-Mauriac à Paris (XIIIe). Après la rencontre de Ligue 1, Léo D’Souza a rejoint les proches de Karim Benzema dans cet établissement. Après avoir retrouvé sur place un ami proche du footballeur, l’agent est alors sorti fumer une cigarette. C’est là qu’il a aperçu un ami d’enfance du joueur du Real Madrid, Smaïne Tabennehas.

Léo D’Souza accuse ce dernier dans sa plainte, de l’avoir forcé à monter dans un van noir avant de le frapper à de multiples reprises au visage et aux côtes, face à son refus. M. Tabennehas, le chauffeur du van et la chargée de communication et marketing du joueur également présente dans le véhicule, nient les faits. Le conducteur du van a expliqué aux enquêteurs que Léo D’Souza avait simulé une agression, se mettant au sol en criant « appelez la police ! ».

Karim Benzema était à Paris ce soir-là

Contrairement aux déclarations de Léo D’Souza, les enquêteurs du 3ème district de police judiciaire pensent que Karim Benzema n’a pas assisté aux faits présumés. Smaïne Tabennehas et la responsable communication, une dénommée Yamna Aghrib, se sont en tout cas rendus à l’hôtel Royal Monceau (VIIIe), où séjournait Karim Benzema ce soir-là selon les éléments de l’enquête.

Une source proche des investigations, citée par le journal Le Parisien, confirme les faits mais évoque de l’exagération dans la tentative d’enlèvement et les violences. La victime n’aurait par ailleurs aucun jour d’ITT (incapacité totale de travail), mettant à mal son récit.

Une affaire qui intervient un mois jour pour jour avant la réponse de la Cour d’appel de Paris, qui doit statuer sur la validité de l’enquête sur l’affaire de la sex-tape de Mathieu Valbuena, dans laquelle l’attaquant du Real Madrid est mis en examen.

Actu17.