La branche d’Al-Qaïda au Sahel revendique la mort des deux soldats français tués au Mali


Le sergent Yvonne Huynh et le brigadier Loïc Risser ont été tués au Mali ce samedi. (photo armée de Terre)

La branche d’Al-Qaïda au Sahel revendique ce mardi la mort des deux militaires français au Mali, samedi 2 janvier. Le sergent et le brigadier du 2e régiment de hussards de Haguenau, près de Strasbourg, ont été tués dans la région de Ménaka.


Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), qui est affilié àAl-Qaïda, revendique la mort des deux soldats français tués dans l’explosion d’un engin explosif improvisé samedi, dans la région de Ménaka au Mali.

Le groupe terroriste affirme dans un communiqué diffusé sur la plateforme de propagande Al-Zallaqa avoir « fait exploser un engin explosif » au passage du véhicule de deux soldats de la force anti-djihadiste Barkhane, « portant le bilan total à 5 morts en moins d’une semaine ».

Cinq jours plus tôt, trois autres soldats avaient été tués dans des circonstances similaires, dans la zone frontalière avec le Niger et le Burkina Faso lors d’une mission d’escorte. Le GSIM a également revendiqué cette attaque.

Visuel Visactu

Le groupe terroriste affirme par ailleurs ne pas être responsable de l’attaque sanglante de deux villages à l’ouest du Niger ce samedi. Le bilan atteint 100 morts.