Lanceur d’alerte : la France n’accordera pas l’asile à Edward Snowden


Edward Snowden est un ancien employé de la CIA. Lanceur d’alerte, il a livré des détails de plusieurs programmes de surveillance de masse américains et britanniques. (Wikimedia)

Edward Snowden ne pourra pas se réfugier en France.

Dans une interview diffusée lundi sur France Inter, le lanceur d’alerte Eward Snowden a déclaré qu’il « aimerait beaucoup » obtenir le droit d’asile en France. Cet ancien informaticien qui a notamment travaillé au service de la CIA en avait déposé la demande en 2013.

Ce jeudi, le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déclaré que la France n’avait pas l’intention de lui accorder l’asile.

Interviewé par CNews, le ministre a détaillé : « À ce moment-là (en 2013, ndlr), la France avait estimé que ce n’était pas opportun. Je ne vois pas aujourd’hui ce qui a changé ni d’un point de vue politique ni d’un point de vue juridique. Je ne vois pas de raison de changer de point de vue », mettant un terme aux espoirs du lanceur d’alerte.

La ministre de la justice n’est pas du même avis

Pour sa part, la ministre de la Justice Nicole Belloubet s’était dite favorable à ce que la France accorde l’asile politique à Edward Snowden.


Décrivant le trentenaire comme « quelqu’un qui a rendu service à l’humanité » l’eurodéputée LREM Nathalie Loisieau a abondé dans le sens de la Garde des Sceaux.

De son côté, Emmanuel Macron ne s’est pas prononcé officiellement sur la question.

Poursuivi par la justice américaine

Celui qui a dénoncé le système de surveillance massive des services secrets américains et britanniques a été inculpé d’espionnage et de vol de secrets d’Etat par les États-Unis.

Edward Snowden s’est réfugié en Russie en 2013 et son permis de séjour y a été reconduit jusqu’en 2020.