🇫🇷 Le ministère de la Justice va dépenser près de 600 000€ pour récompenser les surveillants pénitentiaires non-contestataires.

par Y.C.
Illustration

Le ministère de la Justice a décidé de récompenser les fonctionnaires qui n’ont pas participé au mouvement social en janvier dernier, qui avait duré plus de deux semaines.

563.150 euros : c’est le montant que la chancellerie va dépenser pour offrir à 1609 surveillants et personnels de l’administration pénitentiaire, une prime d’un montant de 350 euros.

Des fonctionnaires choisis car ils ont « permis de maintenir la continuité du service public au prix d’efforts considérables (…) lors du mouvement social du mois de janvier 2018 » indique un décret daté du 21 septembre, diffusé par le site Actu Pénitentiaire.

Une prime annuelle augmentée

Ces mêmes fonctionnaires qui n’ont pas participé au blocage de prisons pendant la deuxième semaine du mouvement social, du 22 au 29 janvier dernier, bénéficieront également d’une prime annuelle augmentée selon Le Canard Enchaîné dans son édition parue ce mercredi.

De nombreuses sanctions pour les autres

« Ce n’est en aucun cas une prime anti-contestation » rétorque le ministère de la Justice cité par l’hebdomadaire satirique, qui rappelle que les agents pénitentiaires n’ont pas le droit de grève.

De nombreux participants au mouvement social de janvier ont déjà été sanctionnés, d’autres vont l’être. 125 agents sur les 260 affectés au centre de détention à Val-de-Reuil (Eure) font l’objet de sanctions, précise le journal.

Actu17.